Avoir le temps…

On croit toujours avoir du temps, du temps pour faire des choses sans importances, des choses importantes… Avoir du temps pour dire à ceux qui nous sont chers qu’on les aime… Rappeler à ceux qui comptent dans nos vies que nous sommes là… Avoir le temps de continuer des conversations commencées il y a si longtemps, trop longtemps.

Mais voilà parfois le temps s’arrête…  alors on n’a plus le temps pour faire les choses bien… Plus le temps de dire à ceux qui nous sont si chers qu’on les aime… Plus le temps pour passer cet appel si longtemps repoussé…

Il nous reste alors que le temps de pleurer ceux qui sont partis trop tôt… Prendre le temps de leur dire au revoir… Prendre le temps de se souvenir des bons moments passés ensemble…

Prendre le temps de dire à ceux qui sont encore là qu’on les aime… Parce que finalement on ne sait jamais combien de temps il nous reste.

L.

Publicités

Etre forte…

Ces derniers temps c’est ce qu’il revient le plus : il faut que tu sois forte, tu es forte. J’ai parfois du mal à savoir si cela est un compliment ou pas mais par les temps qui courent j’avoue je prends tout ce qui est à prendre.

Mais qu’est-ce que cela signifie ? Etre forte pour quoi ? Pour gérer le quotidien ? Pour gérer nos filles ? Pour gérer la maladie ? Et être forte signifierai que je le fais ?

Est-ce parce que je donne l’impression de tout gérer ? C’est tellement facile pour moi de me plonger dans les choses du quotidien afin d’oublier, c’est ma façon à moi de fuir. Est-ce que je suis forte parce que je n’ai pas craqué en public ? Ou est-ce parce que l’on a décidé de rire de tout et surtout de la maladie ?

Seule je ne suis pas aussi forte que l’on pourrait le croire, je sais que c’est une façade que je me suis construite au fil des ans pour être à la hauteur de mon histoire familiale. Je passe ma vie à me battre pour ne pas reproduire les schémas des femmes de ma famille et en même temps à tenter de me montrer à leur hauteur.

Toutefois, la maladie m’a fait comprendre que oui j’étais forte. Cette force je la puise dans le regard de mes filles et de mon mari. Pour eux je suis prête à déplacer les montagnes et à me battre contre vents et marées. Sans eux, je ne suis pas grand-chose, juste une coquille vide. Depuis toujours on m’a appris à ne compter que sur moi-même pour ne pas être déçue. Aujourd’hui j’apprends, avec beaucoup de difficultés, à demander de l’aide car c’est aussi ça être forte : savoir s’entourer des bonnes personnes, connaître ses limites et se permettre de craquer.

Je ne suis pas forte, nous sommes forts et c’est aussi grâce à vous.

L.

Billet perdu dans les méandres de mon PC et que je viens de retrouver. Même si la maladie n’est plus là, je trouve qu’il n’en reste pas moins vrai.

A votre bon cœur Messieurs Dames

Bonsoir

Juste un petit mot pour m’excuser pour le retard accumulé dans ma correspondance, j’essaye de répondre mais je manque souvent de temps et parfois de courage. Et puis je ne trouve pas toujours les mots justes et cela m’agace alors je remets à plus tard et j’oublie.

Bref…

Certains d’entre vous et notamment ceux qui sont loin et à l’autre bout du monde parfois m’ont demandé ce qu’ils pouvaient faire pour nous (moi). En ce moment j’ai envie et besoin de m’évader, je rêve d’ailleurs… alors comme ce n’est pas possible j’ai cherché une façon de le faire autrement. Et vous savez quoi j’ai trouvé ! Il n’y a rien que j’aime plus que de recevoir des cartes postales. Pas besoin de me mettre un roman, juste un petit mot et une jolie carte (paysages, kitsch, drôle… je ne suis pas difficile !).

Voilà !

Bisous

L.

P.S : et si y’en a qui veulent faire plus je ne dis pas à toute nourriture réconfortante salé/sucré je ne suis pas difficile tant que c’est mauvais pour la ligne en générale j’adore !

Ah oui l’adresse au cas où !

11 rue Winston Churchill à Massy (91300)

L’annoncer

J’ai bêtement cru que recevoir le diagnostic serait le plus dur. Je m’aperçois que l’annoncer à nos filles et à nos proches l’est encore plus.

Comment annoncer à nos filles une telle chose. La tentation serait presque grande de leur cacher afin de les protéger. Mais je sais que ce n’est pas bien. Dr Moumoute nous a d’ailleurs dit et répété qu’il ne fallait rien cacher aux enfants. Il nous parle de groupe de parole parents/enfants mis en place par l’IGR. Cela me rassure je comprends que je pourrais trouver toute l’aide dont nos filles pourrait avoir besoin. Mais quand leur dire ? Tout de suite ? Attendre le week-end ? Nous rentrons à la maison plus tard que prévu (en même temps avec 3h de retard c’est guère étonnant), Melle C. est fatiguée mais je comprends qu’il va nous falloir lui parler dès ce soir. Dans les jours à venir nos conversations risquent de ne tourner qu’autour de la maladie et je ne veux pas qu’elle nous entende sans comprendre. Mais comment expliquer à des enfants de 5 ans (pardon 4ans ½) et 18 mois l’inexplicable ? Moi qui ai toujours voulu les protéger (peut-être trop), les cocooner là c’est raté. Alors avec des mots simple nous leur expliquons que leur papa est malade, qu’il a un cancer, que c’est une maladie grave mais qu’il va guérir. Il sera fatigué, pas toujours très disponible mais qu’après tout ira bien. Pendant quelque temps il ne pourra leur faire que de petits câlins mais que les médecins vont faire en sorte qu’après il puisse leur faire à nouveau les plus gros câlins de la terre. Je crois que cela passe au-dessus de la tête de Petite L. mais il me semblait important qu’elle l’entende elle aussi. Melle C. me dit qu’elle est triste c’est sa seule réaction pour ce soir. Je la console, je lui redis que son papa va guérir et que c’est la seule chose dont il faut qu’elle se souvienne. Elle me redemande le nom de sa maladie et trouve que ça ressemble à concert ! Je lui dis qu’elle a le droit d’en parler, ce n’est pas tabou et si à l’école elle se sent triste alors qu’elle n’hésite pas à en parler aux maîtresses. Depuis elle n’en parle plus, je sais qu’elle a éprouvé le besoin de se confier à son ancienne maîtresse. Mais chaque matin elle ne veut pas que son père parte travailler et je dois consoler, expliquer et rappeler qu’il reviendra le soir après sa journée de travail.

Je pensais naïvement que ça allait être à mes filles que ce serait le plus dur de le dire. Mais finalement non le plus compliqué c’est de le dire aux amis. Nous avons fait le choix de communiquer autour de sa maladie car nous allons avoir besoin d’aide. Il n’est pas question de faire les fiers et de croire que nous y arriverons seuls. Pas avec nos filles. Je dois penser à elles et leur trouver des solutions de garde qui conviendront à tout le monde.

Par la force des choses nous avions déjà parlé de nos craintes à quelques amis. En effet, vendredi soir il m’a fallu trouver une solution en urgence pour faire garder les filles pendant que nous étions chez l’ORL. Nos voisins et amis ont donc été mis dans la confidence tout de suite. Leur soutien moral et logistique a été un grand soulagement. Moi j’ai également discuté de ce qui nous arrivait à deux amies, c’était trop lourd pour à garder. Et ma petite sœur qui se trouvait être chez nous ce week-end a été informé dans un premier temps par Melle C. que son papa avait été se faire enlever une amygdale (la biopsie) puis par L’Homme qui lui a expliqué de quoi il en retourné exactement.

Et à part ces quelques « privilégiés », j’ai volontairement choisi de taire la nouvelle tant qu’on n’était pas certain qu’il y avait quelque chose de grave. Pas la peine d’affoler nos amis pour rien, il serait toujours temps de le faire plus tard et puis ne pas le dire c’est aussi de la superstition : si l’on ne dit rien alors il n’y aura rien.

Une fois que la nouvelle est tombée plus question de le cacher. L’Homme a averti sa famille, moi la mienne et nos amis. Je l’ai annoncé par téléphone à nos meilleurs amis et à ma Mère et par mail aux autres. Pas l’envie de répéter 15 fois la même chose, pas l’envie de faire face aux questions tout de suite.

Les réactions diffèrent selon les personnes. Il y en a ceux qui pensent que je leur fait une mauvaise blague. Je sais que mon sens de l’humour peut-être déplorable mais pas à ce point. Je sais que c’est parce que c’est tellement inattendu et soudain qu’ils ne peuvent pas y croire. Mais moi à l’autre bout je me serai bien passé du « c’est une blague ? ». Il y a ceux qu’il faut presque consoler et ceux qui réagissent en fonction de leur domaine de compétence : nourriture, connaissance médicale, paramédicale, etc…

J’ai finalement regretté de ne pas l’avoir annoncé à tout le monde par mail car je me rends compte que le lire laisse aux gens le temps de digérer la nouvelle, de l’intégrer avant de se manifester.

La majorité de nos amis ont répondu présent. Je ne sais pas s’ils ont bien compris que j’allais les prendre au mot et faire appel à eux si sans scrupules. Enfin si probablement… J’espère  en tout cas que ce ne sont pas juste des mots qui font bien et qu’on ne pense pas.

 Et il y a ceux qui ont choisi de ne pas répondre. Je ne saurais jamais si c’est par pudeur, par peur de déranger, par peur de ne pas trouver les mots, par peur de la maladie ou parce qu’ils n’ont pas envie de se sentir concerné. Je ne suis pas certaine de pouvoir les appeler encore mes amis, peut-être une fois ma colère calmée, on verra.

L.

13-a baker’s dozen

Hello !

Me voilà de retour déjà ! Je n’arrive pas à écrire le billet initial sur lequel je bosse depuis ce matin alors je tente autre chose ! Je sais que ce billet-là sera beaucoup plus facile à écrire.

Pour ceux qui suivent un peu ce blog, il y a quelques années (déjà) je vous parlais de Sugarplum puis de Synie’s cupcakes. Ces deux endroits avaient en commun une personne Laurel. Alors aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’elle mais surtout de ce fantastique endroit qu’elle a ouvert : le 13-a baker’s dozen.

Lorsque Laurel m’a annoncé qu’elle envisageait de créer quelque chose de bien à elle autant vous dire que j’étais aux anges. Je crois même que j’ai sauté un peu partout dans l’appartement. L’Homme m’a prise pour une folle et s’est demandé quelles expériences gustatives j’allais lui imposer !

Début janvier 13-a baker’s dozen a enfin ouvert ses portes. Cela faisait quelques semaines que je l’attendais cette ouverture, j’en trépignais d’impatience et l’attente a été à la hauteur de mes espérances.

Qu’est-ce que le Treize ? A mon avis un ovni dans le paysage culinaire parisien. Une de ses adresses que l’on aimerait garder pour soi comme un secret précieux et en même temps c’est un endroit tellement génial que l’on a envie de le faire connaitre à tout le monde. C’est avant tout un endroit qui a une âme, en endroit plein de rires, de bonne humeur, de gentillesse, de bienveillance et surtout child-friendly ! C’est une parenthèse hors du temps où l’on vient pour se ressourcer, être réconforté, et papoter avec une amie dans sa cuisine. Sa localisation au fond d’une petite cour renforce ce sentiment de lieux un peu secret. Cela me fait penser à ses cottages anglais : douillé, entouré de verdure (et pourtant nous sommes en plein Paris) où l’on est impatient de rentrer pour se mettre au chaud.

Et concrètement dans l’assiette cela donne quoi ? Le Treize n’est pas un salon de thé comme les autres. Déjà parce que l’on n’y vient pas que pour le thé mais tout au long de la journée, pour le petit déjeuner/déjeuner/goûter. A l’image de sa propriétaire et du lieu on retrouve dans la cuisine cette bienveillance, cette générosité et un côté réconfortant. On y vient et on y revient pour se délecter des plats proposés qui nourrissent également un peu l’âme.

Laurel et Anne proposent une cuisine inventive, de saison à tendance végétarienne, mais attention les carnivores comme moi y trouveront aussi leur place ! C’est un mélange réussi de plats sains et réconfortant, oui oui bien que sur le papier le concept soit un peu antinomique je vous promets que c’est pourtant le cas. Ceux qui me connaissent savent comme je peux être difficile, surtout lorsqu’il s’agit de légumes, et pourtant elles arrivent à me faire découvrir de nouvelles saveurs, de nouveaux légumes que je n’aurais pas eu l’idée de goûter ! Elles nous font découvrir des saveurs de chez elles, des saveurs que j’aime et qui me font parfois dire que je ne suis peut-être pas née sur le bon continent !

Concrètement le midi vous aurez le choix entre des pies, vous savez ces tourtes anglo-américaines fourrées à la viande/légumes/… qui sont à se damner accompagné d’une salade, ou une énorme salade  et ce que je préfère un plat du jour qui est souvent de la confort food fait avec des produits frais (comme tout le reste) qui offre un plaisir un peu régressif et donne l’impression d’être comme une enfant à la maison !

Côté salon de thé et sucré : son fameux carrot cake que j’aime tant est presque toujours là, Melle C. raffole de son gâteau au chocolat et L’Homme de sa tarte aux pommes. Vous voyez il y en a pour tous les goûts. Et pour accompagner cela je vous conseille un thé. Laurel a fait appel à un maître thé qui lui a composé rien que pour elle une gamme de 13 thés. Je ne les ai pas tous goûté car tous ne sont pas à mon goût mais ils sont délicieux, originaux et de très très bonne qualité. Si vous avez trop chaud alors demandez-lui de vous surprendre avec un jus de fruits/légumes frais. Melle C. adore celui à l’orange/carottes, L’Homme aime le mélange betterave rouge/poire/pomme et moi carottes/pomme/orange/gingembre !

En fait tout est fait pour s’adapter aux goûts de chacun, pour que chacun se sente comme à la maison. Et croyez-moi Melle C. s’y sent comme chez elle ! Elle adore passer de l’autre côté du bar afin « d’aider ». Et même si je pense qu’elle doit plus souvent encombrer qu’autre chose jamais aucune réflexion lui a été faite, juste un mot gentil, une attention qui lui permettront de retourner vers moi afin de ne pas encombrer la cuisine.

Ce que j’aime par-dessus tout ? Me mettre au bar afin de discuter avec Laurel et avoir ainsi l’impression d’être dans la cuisine d’une Amie, la regarder me préparer un délicieux repas.

Allez-y je vous promets vous aussi vous deviendrez fan !

Bisous

L.

13-a baker’s dozen
16 rue des St Pères
75007 Paris
01.73.77.27.89
Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h
https://www.facebook.com/treizeis13isthirteen

Comme le veut la tradition !!

Je viens vous souhaiter une très belle et heureuse année 2013. Oui je sais je ne fais pas dans l’originalité cette année mais j’avoue être un peu en manque d’inspiration ! Et puis je vous l’ai peut-être déjà dit je trouve finalement cette tradition un peu ridicule ! Je ne vois pas pourquoi ce mois-ci serait plus à même de porter chance pour une année entière !

Mais au cas où chaque année je me sacrifie à la tradition parce qu’après tout même si je n’y crois pas beaucoup, je me dis que ça ne peut pas faire de mal et que cela fait plaisir aux autres… et c’est peut-être finalement cela le plus important : rappeler au moins une fois dans l’année à nos amis que l’on pense à eux, qu’ils ont une place particulière dans nos vies et que malgré un quotidien parfois chargé, qui ne permet pas de prendre des nouvelles aussi souvent que l’on aimerait, ils font partis de nos vies.

Alors voilà à vous qui me lisez, qui faites partie de ma vie réelle ou virtuelle je pense fort à vous, je vous souhaite une année riche en émotions, en rêves à réaliser, en rires, en bonheur et je vais essayer de vous donner des nouvelles un peu plus qu’une fois par an pour la nouvelle année !

Gros bisous

L.

Le lendemain

Bonsoir,

Voilà quasiment 1an après notre mariage il est temps que je clôture le dernier billet de cette chronique !

Pour les têtes en l’air (comme L’Homme par exemple !) previously on my wedding day ! Après un début de matinée à me faire chouchouter nous avons prononcé le OUI de rigueur avant de rejoindre tous nos amis pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit ! La soirée s’est à mon goût super bien passée, il manquait peut-être quelques degrés à la température extérieure. Mais ni l’absence de quelques côtes de bœuf, ni une petite panne de courant n’a assombrit notre soirée. Je suis aux anges, sur mon nuage et j’aurais pu rester à danser encore et encore !

Mais voilà il est 6h15 et l’heure d’aller se coucher parait-il. Après avoir demandé à Super Copine de m’aider à enlever ma robe, Super Témoin aillant déclaré forfait depuis quelques heures déjà, je suis allée rejoindre mon Mari dans notre chambre et me suis littéralement écroulée sur le lit. Alors c’est là que nos souvenirs divergents totalement : selon lui j’ai fait un boucan de tous les diables, selon moi c’est lui qui a fait du bruit en râlant parce que je n’étais pas sûre de vouloir passer par la case douche.

La seule chose sur lequel nous sommes d’accord c’est qu’à 6h30 Petite Puce s’est fait entendre et qu’elle semblait se moquer royalement que je sois dans mon lit depuis moins d’1/4h ! L’Homme qui était parti se coucher plus tôt en me disant : « comme ça je gérerai Petite Puce » m’a fait comprendre que c’était de Ma faute et que je n’avais qu’à assumer ! Du coup à peine couchée me voilà debout afin de préparer biberon pour Petite Puce avec le secret espoir qu’elle voudra bien se rendormir ensuite ! Espoir quelque peu vain…  j’ai toutefois réussi à faire en sorte qu’elle reste calme jusqu’à 9h, heure à laquelle j’ai déclaré forfait et je me suis levée !

J’ai retrouvé en bas les couches-tôt qui sont comme moi parents de petites crapules qui n’ont aucune pitié pour le sommeil de leurs parents ! Je me suis aperçue que des gentilles âmes charitables avaient quasiment débarrassé toutes les tables. Je m’attaque donc à ce qu’il reste avec l’aide d’une amie. Je me rends également compte que j’ai oublié de demander à l’extra de compter la vaisselle au fur et à mesure : je me retrouve donc à rincer ce qui n’a pas été rincer à compter chaque cuillères, fourchettes, assiettes et autres tout cela en papotant avec mes amies pendant que Petite Puce joue avec ses nouveaux amis !

L’Homme fini par descendre et part à la boulangerie récupérer la commande du matin afin que nous puissions installer le petit déj. Au programme libre-service avec pain, viennoiseries,  café, thé, jus… Nos amis se lèvent tranquillement à leur rythme et nous rejoigne sur la terrasse où le soleil est enfin de la partie. Au menu du jour détente, zénitude et barbecue ! Ce dimanche matin ressemble à ce que je voulais, une journée entre amis sans prise de tête !

Une fois le petit déj achevé, ceux qui ont beaucoup de route nous abandonne. Je commence à entrevoir ce que sera la fin de la journée mais je ne veux pas y penser, pas encore, je m’accroche à mon petit nuage !

Après un bain de soleil dans le jardin, les Hommes prennent en main le rangement des tables, chaises et des barnums. J’ai à peine le temps de me retourner que tout est quasiment rangé. Je ne peux m’empêcher de penser que nous avons des amis géniaux !

L’après-midi est bien entamé et les derniers préposés aux barbecues de la veille proposent de remettre ça. Nous installons donc des tables dans le jardin, les centres de tables sont ressortis pour agrémenter cette immense tablée, tout le monde donne un coup de main pour mettre le couvert ! Ma Maman et L’Homme s’installe chacun à un bout et nous passons à table dans la joie et la bonne humeur ! Les rallonges sont de sorties et la musique nous enveloppent. Moi je suis au paradis ! Mon rêve de manger dans l’herbe pieds nus se sera réalisé ! Tant pis je n’étais pas en robe de mariée mais ça ce n’est qu’un détail sans importance. Je suis juste Heureuse !

La journée s’achève tranquillement, nos amis partent un à un et je ne peux m’empêcher d’avoir un pincement au cœur : tout est passé tellement vite. Pourquoi le temps file à une telle vitesse ? Ma Maman reste encore un peu le temps de tout ranger, avec Amie de Longue Date nous la rejoignons dans la cuisine pour papoter encore et encore. Puis il est temps qu’elle parte, il est temps que nous montions nous coucher, il est temps que je rejoigne mes Amours déjà dans les bras de Morphée !

Le lundi la maison me semble tellement calme au réveil, tellement vide. Heureusement mon Amie est encore là pour la matinée. L’Homme en profite pour ramener la voiture que nous avions empruntée ainsi que les barnums. Il est temps pour moi de faire mes adieux à mon Amie : la fête est terminée mais ce n’est pas grave tout a  été encore mieux que dans mes rêves les plus fous !

Les jours qui suivent nous profitons un peu de la maison, L’Homme fait beaucoup d’aller-retour pour rapporter tout notre bardât à la maison. Meilleur Ami vient nous rendre visite pour un barbecue, de même que ma Maman et nous regardons ensemble les premières photos !

Un an de préparation pour quelques jours de pur bonheur !

A très vite pour de nouvelles aventures !

Bisous

L.

 P.S : ma robe était parfaite, les chaussures aussi confortable que mes Converse et le gâteau une tuerie ! Seules mes boucles d’oreilles n’ont pas tenu le choc de la soirée !

Merci !

Hello !

Avant de vous poster le dernier billet sur notre mariage je voulais juste faire un petit aparté pour remercier ceux sans qui cette fabuleuse journée n’aurait pas eu lieu !

Déjà merci à tous nos Amis : à ceux présents, ceux qui malgré la distance ont fait le déplacement pour être avec nous, ceux qui par la distance n’ont pas pu être là mais qui l’ont été par la pensée… Merci d’avoir partagé avec nous notre bonheur. Merci d’avoir rendu, de par votre présence et vos pensées, ce moment unique.

Mais je tenais tout particulièrement à remercier mes 3 Mousquetaires : Super Témoin, Meilleur Ami, Super Copine, et Amie de Longue Date.  Merci d’avoir fait de cette journée une journée magique et encore plus fabuleuse que celle dont j’avais rêvée. Sans vous à mes côtés cela n’aurait pas été pareil ! Sans vous j’aurais été une mariée totalement stressée  alors que grâce à vous j’ai pu être une mariée totalement zen ou presque !

Super Témoin merci d’avoir été là pendant presqu’un an, de m’avoir accompagné dans chaque étape de la préparation de notre mariage. Merci d’avoir pris en charge Petite Puce afin que je puisse profiter de ma journée et surtout merci d’être en plus d’une Super Témoin ma Meilleure Amie.

Meilleur Ami j’aurais probablement du te donner le surnom de Super Wedding Planner dans mes billets car c’est ce que tu as été ! Sans toi je sais que ce mariage n’aurait vraiment pas été ce qu’il a été ! Merci d’avoir pris soin de tout le monde et surtout et avant tout de moi ! Je compte sur toi pour le mariage de Petite Puce !

Super Copine : merci d’avoir sauvé notre dîner, d’avoir réconforté ma Maman qui s’en veut toujours autant et merci d’avoir fait chauffé le dance floor !

Amie de Longue Date : merci d’avoir fait le déplacement pour être avec moi, merci d’avoir été là la veille pour m’aider, merci pour ta bonne humeur et merci d’avoir été là après pour me permettre de mieux gérer la redescente sur terre !

Enfin je voulais juste dire à L’Homme : merci d’avoir fait de moi la plus Heureuse des femmes, la plus Heureuse des Mamans. Je t’Aime mon Amour.

A très vite pour le dernier billet !

Bisous

L.

The Big Day !

My Big Day !

Voici l’avant dernier chapitre de mes chroniques sur notre mariage. J’ai longuement hésité à vous écrire d’abord sur les jours qui ont suivi avant de vous raconter le jour J mais je me suis dit que vous alliez m’en vouloir !

Nous sommes donc samedi 27 août 2011, 7h du matin… La première pensée qui me vient à l’esprit c’est : « ça y’est nous y sommes ! ». Voilà un an que L’Homme m’a demandé en mariage, et voilà un an que je prépare ce jour afin qu’il soit aussi magique que je l’ai imaginé. Je suis heureuse, sereine, un poil angoissée par le temps mais dans l’ensemble ce qui domine c’est un sentiment de bien-être. Je vais passer la journée entourée des gens que j’aime le plus au monde, de nos amis les plus chers… cela ne pourra être qu’un jour exceptionnel. Je me sens bien et les paroles de Muse trouvent un écho en moi : « It’s a new dawn, It’s a new day, It’s a new life, For me, And I’m feeling good. »

Voilà 11 ans aujourd’hui que j’ai rencontré L’Homme, et j’ai toujours su que c’était LE bon. Nous avons connu des hauts et des bas mais cela a toujours été ma certitude : quoiqu’il arrive, je vieillirai à ses côtés. Aujourd’hui nous ce n’est que l’officialisation de ce que nous sommes depuis des années et tout se passera bien !

8h, le ciel est bleu, j’ai l’espoir que la météo se soit peut-être trompée et que le temps soit clément avec nous. Il est temps de se préparer et de retrouver tout le monde pour le petit déj. Il est aussi temps de donner les dernières instructions à Meilleur Ami, les instructions à donner à l’extra et l’ordre de partir à 14h afin que tout le monde (et surtout le futur marié) soit à l’heure !

Avec Super Témoin et Petite Puce nous partons rejoindre ma Maman et ma Petite sœur à notre appartement. Ma Petite Sœur sera chargée de garder Petite Puce pendant que je file me faire maquiller puis me faire coiffer. Super Témoin en profitera pour faire de même et ma Maman fera l’inverse de notre parcours.

10h : la pluie vient jouer les troubles fêtes… je ne veux pas m’angoisser avec cela, il est temps de me faire maquiller et je compte profiter de ce moment de calme et de sérénité. Entre deux touches de maquillage j’explique à ma Maman comment se rendre chez la coiffeuse car elle quelque peu perdue ! Claudia est toute stressée et moi toute calme : je sais qu’elle me rendra belle !

11h30 : il est temps d’aller me faire coiffer. Franchement moi je me marie tous les jours si cela veut dire me faire chouchouter comme ça tous les jours ! La photographe nous y rejoint afin de prendre quelques clichés de la préparation. Je profite de ce moment de tranquillité pour envoyer un message aux retardataires chronique afin de leur rappeler qu’ils doivent être à la mairie pour 15h, un message à nos amis qui viennent de loin pour m’assurer que la route se passe bien et envoyer un mail d’anniversaire à une amie d’enfance qui est trop loin pour être avec nous. Oui je sais je suis quelque peu accroc à mon téléphone ! Super  Témoin en profite pour aller récupérer mon bouquet et celui de Petite Puce : ils sont magnifiques. C’est exactement ce que je voulais : simple, classe et de la couleur exacte de la fleur de ma robe.

12h30 : je suis coiffée et maquillée. Je me sens belle ! Le temps est lui toujours gris mais au moins il ne pleut plus. Nous retournons à l’appartement afin de grignoter un peu avant de m’habiller ! Je suis toujours zen…

14h30 : Super Témoin me fait remarquer qu’on devrait être à la mairie dans 1/2h et que je ne suis toujours pas habillée ! Je crois que le laçage de mon corsage la stresse un peu ! J’habille Petite Puce puis il est enfin temps d’enfiler ma robe et mes chaussures ! Le résultat me plaît et correspond à ce que je voulais. J’espère juste que L’Homme aimera. Il n’a toujours pas vu ma robe et se demande toujours ce qu’est une robe qui tourne !

Je sens le stress me gagner un peu lorsque Super Témoin me laisse pour aller chercher la voiture. Ma Petite Sœur et ma Maman monte me voir… il me faut beaucoup de courage pour endiguer le flot de larmes qui menace de faire couler mon maquillage.

Il est temps de partir pour la mairie. Je sais que L’Homme y est déjà. J’espère juste que tous les invités y sont aussi. Arrivée à la mairie, j’aperçois les visages rassurant de nos amis. Je cherche L’Homme mais impossible de le voir. On me confirme que je suis en retard… enfin en retard tout est relatif il est 15h20 pour un mariage à 15h30 ! J’aperçois enfin L’Homme… et là le stress monte d’un seul coup : est ce qu’il va aimer ma robe, va-t-il me trouver belle, veut-il toujours m’épouser… je vois son sourire et là je sais qu’il me trouve belle et que désormais tout sera facile car nous serons ensemble. Nous sommes prêts, je suis prête !

Et c’est là que les premiers problèmes de la journée surviennent. Le sol est glissant, tout le monde est installé dans la salle, je m’avance au bras de L’Homme et là je manque de faire la glissade du siècle. Je me rattrape de justesse à L’Homme et à quelqu’un qui passait par là. J’aurais adoré me retrouver sur les fesses avec ma robe ivoire ! Le Maire nous rejoint pour nous dire qu’il est temps de faire notre entrée sauf que moi j’attends tout simplement que la musique démarre. Et là, c’est le drame ! Je m’aperçois qu’il n’est pas au courant que nous avions prévu de la musique et encore moins de faire lire des textes par nos amis. Et il ne semble pas approuver du tout… Il est hors de question que je me passe de la musique ou des textes. J’ai passé des soirées à les choisir, et j’y tiens. Bon, on respire, on se calme. Heureusement Meilleur Ami arrive en renfort et réconfort, il a une copie des textes et on finit par retrouver le CD que j’avais fait. Heureusement que j’avais, comme on me l’avait exigé, déposé le CD 3 semaines à l’avance afin que les services de la Mairie l’écoute pour s’assurer qu’il n’y avait pas de connotation religieuse et apporté les textes 1 mois avant afin que le Maire puisse les lire et les approuver. On reste zen, je respire un bon coup, les premières notes de Louis Armstrong résonne… c’est à nous. Je découvre tous nos amis qui sont venus d’un peu partout juste pour nous. Non je ne pleurerai pas !

La cérémonie se passe sans que je ne comprenne trop comment. Nos amis lisent les textes choisis. Super copine fini par me faire craquer et je ne peux m’empêcher d’essuyer quelques larmes. Vient l’échange des consentements, alliances et le discours du Maire. Nous avions envisagé de jouer à un ni oui ni non avec L’Homme mais finalement c’est un moment trop solennel pour jouer !

Les notes de Love is All nous accompagne vers la sortie où nous attendent une pluie de confettis ! Je suis dorénavant Madame L’Homme !

Après avoir dit bonjour et remercier tout le monde d’être venu, pris quelques photos de groupes nous voilà en route pour la maison. La pluie est de retour et nous n’allons définitivement pas vers le beau temps… mais finalement cela ne m’angoisse presque plus. Je sais que Meilleur Ami a géré et que bien que nous ne mangerons pas dans l’herbe comme c’était initialement prévu ce sera parfait !

Une fois tout le monde arrivé et au vu de l’averse qu’il tombe nous ouvrons le vin d’honneur dans le salon, j’en profite pour tenter de papoter avec un peu tout le monde. Super Témoin me glisse quelques petits fours et une amie de L’Homme fait mettre pour nous une assiette dans la cuisine histoire d’être sûr que nous goûterons à tout ! Je trouve cela tout simplement adorable.

Le soleil profite de cet agréable moment pour nous rendre visite. Du coup nous en profitons pour faire quelques photos.

Meilleur Ami fait un travail formidable. Tout se passe comme dans un rêve pour moi : il est partout à la fois, gère d’une main de maître les petits problèmes, s’assure que tout le monde passe un bon moment et moi la première !

Il vient juste s’enquérir afin de savoir si les préposés au barbecue peuvent allumer le feu. Au vu de l’heure cela ne semble raisonnable. Ils sortent les côtes de bœufs afin de les préparer. Et là c’est le deuxième drame de la journée ! Il n’y en a que 8 sur les 14 achetés. 8 côtes de bœuf pour 42 personnes… cela ne sera jamais suffisant. Je comprends que les côtes manquantes sont restées dans le réfrigérateur de ma Grand-mère, ma Maman a sans faire exprès oublié un sac. Mais finalement, le problème n’est pas de savoir si qui est fautif ou de débattre si cela suffira pour nourrir tout le monde. La réponse est non cela ne suffira pas et tant pis ce qui est fait est fait. Il n’est pas question que l’on puisse dire à mon mariage qu’il n’y avait pas assez à manger donc ce qu’il me faut maintenant c’est une solution et une solution rapide ! Le supermarché à côté de la maison est fermé vu l’heure, ma Grand-mère habite trop loin pour que ma mère y retourne. Et là un éclair de génie arrive : il y a pas très loin un grand centre commercial avec un immense hypermarché encore ouvert à cette heure-ci. J’y envoie donc ma Maman et Super Copine afin qu’elles essayent de trouver les 6 côtes de bœufs manquantes ou à défaut de la viande ! En attendant nous continue le vin d’honneur, j’en profite pour continuer à papoter avec nos amis.

Une fois ma Maman et Super Copine de retour, nous passons à table. Les barbecues sont enfin allumés, le feu crépite, et la nuit tombe. Il ne fait pas bien chaud mais tant pis ! Les paréos ont trouvé preneur auprès des plus frileux ! Nos amis semblent heureux d’être là et moi je suis aux anges. Le repas est délicieux et contrairement à tout ce que nos amis déjà mariés m’avaient dit j’en ai profité pleinement ! Avec L’Homme nous circulons entre les tables afin de s’assurer que tout le monde passe un bon moment.

Tout est comme je l’avais imaginé : que ce soit l’ambiance, la déco et le repas. Je suis sur mon nuage ! Mais un petit couac me fait redescendre de mon nuage : les plombs ont sauté ! J’informe L’Homme que le tableau électrique se trouve dans la grange. J’aimerai autant que faire se peut y descendre car le sol est en terre battue toute humide au vu des orages de la veille ! Sauf que voilà, ils n’arrivent pas trouver le bon tableau électrique. Je finis par descendre et surtout par appeler le propriétaire afin qu’il me rappelle où il se situe ! En moins deux, le courant est de retour et nous pouvons continuer la fête et moi j’en profite pour remonter doucement sur mon petit nuage !

La soirée se déroule tranquillement, nos témoins nous ont préparé un petit film qui retrace notre enfance et notre vie à deux puis à trois. Je suis une fois de plus toute émue et tellement heureuse d’être entourée par des amis aussi formidables.

Il est temps de passer au dessert et de faire découvrir notre Wedding Cake. L’Homme profite de ce moment pour faire un joli discours. Je me contenterai de lui dire à quel point je l’Aime et à quel point je suis heureuse de pouvoir partager ce joli moment avec les personnes qui me sont les plus chères à mon cœur.

Un dernier jeu préparé par nos Témoins et il est l’heure d’ouvrir le bal. Notre danse sur notre chanson ! L’Homme a bien évidement détesté moi j’ai adoré ! Une fois la dernière note achevée, Super Copine prend en charge l’animation de la soirée et me voilà partie à danser jusqu’à 6h15, heure à laquelle presque à regret je monte me coucher. L’Homme a déclaré forfait depuis quelques heures déjà !

Cette journée a été tout simplement parfaite et pleine de magie.

J-7 à J-1

Hello !

Dans un premier temps je tiens à dédier ce billet à Super Vendeur et Super Samaritain même s’ils ne liront jamais ce billet !

A moins de 2 mois de notre premier anniversaire de Mariage il est temps que je m’active un peu pour terminer cette longue chronique sur l’un des plus beaux jours de ma vie.

Pour résumer pour ceux qui auraient la mémoire un peu courte : le lieu est trouvé depuis un moment, nous avons loué une jolie maison à 45 min de chez nous, les faire parts après avoir fait un détour par l’autre bout du monde on finit par arriver et être expédiés, la robe est trouvée, le Wedding Cake est commandé, nos amis ont presque tous répondu présent et ma Maman est arrivée.

Nous sommes donc à une semaine de notre mariage. Les éléments de décorations des tables sont stockés chez ma Grand-mère : sa pièce fourre-tout ressemble à une succursale d’Ikea/Maison du Monde/Alinéa ! La vaisselle et les tables et chaises sont commandées et seront livrées la veille. Et oui à 1 mois ½ du mariage je me suis demandé s’il y allait avoir assez de chaises et de vaisselle pour tout le monde. Verdict : probablement pas. Du coup après un rapide arbitrage achat/location nous avons opté pour la location : je ne voyais pas trop ce que nous aurions fait de toute cette vaisselle. Déjà qu’après le mariage il va falloir que je trouve quoi faire de toutes mes lanternes et autres babioles de déco ! Mes pots de confiture (cadeau que nous offrons à nos amis) sont relookés, les savates arrivées et les paréos sont dans la valise de ma Maman.

Bref nous sommes donc à une semaine du mariage. Au planning nous devons : faire le dernier essayage de ma robe avec Super Témoin, qui sera chargée de la garder afin que L’Homme ne la voit pas, et ma Maman. Il faut admettre que je suis un peu joueuse car récupérer ma robe 4 jours avant notre mariage il ne faut pas avoir peur ! Bref, je dois aussi trouver une étole qui ira bien avec au cas il ne fasse pas très chaud. Nous devons prendre possession de la maison dès le jeudi midi. Il est donc prévu de tout apporter ce jour-là et d’aller faire les courses alimentaire afin de tout stocker là-bas. Et oui l’inconvénient du mariage home-made c’est qu’il faut penser à tout et s’occuper de tout !

Jeudi, J-2 : la voiture est chargée jusqu’à ras bord. Petite Puce est restée à la maison avec sa Grand-mère. Au programme récupérer les clés de la maison, décharger la voiture, allez faire les courses manquantes alimentaires, décharger la voiture et tenter de tout rentrer dans les placards et réfrigérateurs, rentrer chez nous, recharger la voiture, retourner à la maison pour la décharger, puis retourner une dernière fois chez nous récupérer Petite Puce et ma famille en vue du dîner du soir… et tout cela entre 12h30 et 19h heure à laquelle mes chers beaux-parents débarquent pour le repas.

Autant vous dire que cela nécessite une organisation béton et autant vous dire tout de suite nous n’avons pas tenu l’horaire. Mais malgré tout je m’étonne je reste relativement zen ! Le dîner se passe plutôt bien, seule une mauvaise nouvelle vient assombrir ma bonne humeur : mon Petit Frère ne pourra pas être parmi nous samedi : l’Armée lui a annulé sa permission. Je suis tellement dégoûtée.

Vendredi, J-1 : La nuit a été plutôt mauvaise : réveil à 4h du matin par une fenêtre qui s’est ouverte sous la violence des orages et de la pluie… Je commence à m’imaginer la catastrophe que sera notre mariage s’il fait ce temps-là samedi. Je commence à me dire que j’ai finalement bien fait d’emprunter des barnums alors que je ne voulais même pas en entendre parler.

 Au programme du jour : préparer la maison, monter les barnums, faire les dernières courses car forcément j’ai oublié des choses et notamment du sirop de sucre de canne pour ma soupe de Champagne, s’avancer le plus possible sur la déco et sur tout ce qui peut être fait et soirée avec nos témoins et amis. Il est également prévu qu’on nous livre dans la matinée les tables, chaises et toute la vaisselle.

Dans la journée ma Maman, ma Petite Sœur et une Amie viennent me donner un coup de main. L’Homme lui est chargé de faire les derniers allers retour, d’aller récupérer LA voiture.

En fin d’après-midi nous avons rendez-vous avec ma Maman pour une manucure et mise en beauté des pieds ! Super Témoin doit déposer ma robe à l’appartement puis nous passons récupérer les fleurs avant de retrouver tout le monde à la maison. Bref une journée encore chargée mais toujours sans stress pour moi et surtout malgré un temps qui se dégrade de plus en plus dans la joie et la bonne humeur. L’Homme lui commence à sentir le stress monter et ne ménage pas ses efforts. J’ai l’impression d’un renversement de situation par rapport à ces derniers mois !

Arrivée à Massy juste à temps pour aller me faire belle. J’y passe comme toujours un moment agréable. Je me dépêche je suis en retard pour rejoindre Super Témoin et surtout je ne sais plus à quelle heure ferme la fleuriste. Une fois chez la fleuriste nous découvrons que nous sommes largement dans les temps vu que la fermeture de la boutique a lieu une heure plus tard que ce que j’avais imaginé ! Mes centres de tables sont magnifiques. La fleuriste a tout à fait compris ce que j’attendais d’elle. Je suis aux anges. Elle me montre également les roses qui composeront mon bouquet… que j’ai hâte d’être à demain ! Avec l’aide d’une des vendeuses nous chargeons les fleurs dans la voiture de Super Témoin. Et c’est là que les ennuis ont commencé.

Vous vous souvenez de mon Enterrement de Vie de Jeune Fille ? Nous avions la voiture de la Belle-Mère de Super Témoin, vous savez celle qui nous a plantée en plein virage ! Cette fois pas question de prendre de risque nous avons donc la voiture de Super Témoin. Mais voilà que la vendeuse nous fait remarquer qu’elle fait un drôle de bruit… Et que, oh, ça vient du pneu qui se dégonfle a vu d’œil… Nous avons à peine le temps de regarder que le pneu est totalement à plat… Et bien maintenant il ne nous reste plus qu’à changer un pneu. Pourquoi je sens que cela ne va pas être aussi facile à faire qu’à dire… En effet, ni Super Témoin, ni moi-même ne savons le faire, en plus j’ai une manucure tout fraîche et Claudia m’a promis mille maux si je l’abime d’ici demain ! Nous rapatrions les fleurs dans la boutique afin de pouvoir atteindre le cric et le pneu de secours sans risquer de les abîmer.

Maintenant nous sommes super avancé : nous avons un cric, une roue de secours et un pneu à plat… mais on ne sait toujours pas comment et où mettre le cric pour enlever la roue et la remplacer. En gros nous ne sommes pas très avancées… Super Témoin appelle son mari qui est en route pour la maison, il se propose de faire demi-tour mais vu les embouteillages il en a pour un moment. Je comprends qu’il va falloir se débrouiller comme deux grandes filles que nous sommes : nous ne pouvons pas rester planter là comme deux blondes que nous ne sommes pas !

Je file chez la fleuriste demander de l’aide : pas de pot il n’y a que des nanas qui s’y connaissent autant que nous ! Je file dans un magasin en face de la boutique : le propriétaire est avec un client et est pressé. J’ai beau lui faire mon plus beau sourire ça ne marche pas. Il me conseille toutefois d’aller au supermarché d’à côté ! Me voilà donc en route pour le supermarché. Et il n’est pas question que je revienne sans aide ! Arrivée à la caisse centrale : j’explique ma situation qui ne semble pas trop émouvoir. Je décide donc d’utiliser les grands moyens : « non mais vous ne comprenez pas, je me marie demain, je ne sais pas changer un pneu, j’ai une manucure toute fraiche, mon futur mari est loin et que c’est la fin du monde »… le tout avec la voix qui tremble. Bingo ! J’ai fait mouche. La patronne oblige un des vendeurs à me venir en aide ! Je lui sauterai presque dans les bras. Du coup j’en profite pour acheter le vin pour le repas du soir, c’était la seule chose dont j’étais chargée et bien évidemment j’ai zappé !

Gentil vendeur me suit, nous retrouvons Super Témoin qui est toujours au téléphone. Gentil Vendeur nous explique comment se servir du cric, je n’ose pas lui dire que je n’ai même pas mon permis !, et comment l’installer. Il tente ensuite d’enlever les boulons du pneu à plat sauf que là ça coince… malgré toute sa bonne volonté et sa force, cela ne bouge pas d’un iota… Je n’ose pas lui dire que si lui n’y arrive pas je ne vois pas comment nous aurions pu y arriver nous ! Il s’échine et commence à perdre patience… heureusement un Gentil Samaritain arrive. Il s’agit d’un client du fleuriste se gare à côté de nous. Il comprend que Super Vendeur galère et que ce ne sont pas les deux nanas que nous sommes qui allons pouvoir l’aider. Il décide donc de nous venir en aide… Et 15 min plus tard tout est rentré dans l’ordre ! Il nous conseille juste de passer à une station-service pour regonfler un peu la roue de secours. Moi j’espère qu’elle tiendra jusqu’à demain 15h30 soit l’heure à laquelle nous devons être à la Mairie ! Je retourne chez la fleuriste récupérer mes centres de tables, qui sont toujours aussi magnifique  et nous repartons direction la station-service puis la maison pour le dîner du soir. Nous sommes légèrement en retard mais tant pis ! J’espère juste que cela aura avancé à la maison !

Petit stop à la station-service et grand moment de solitude : Super Témoin n’arrive pas à dévisser le petit bouchon pour gonfler le pneu. Du coup je ne me démonte pas : je recommence à tenter de faire pitié et ça marche ! En deux temps trois mouvements c’est fait, le pneu est gonflé. Gros fou rire quand Super Témoin me dira qu’en fait elle vissait au lieu de dévissait !

Après toutes nos péripéties, nous voici enfin à la maison, le temps se maintien mais ce n’est pas encore ça. Je pense qu’il ne faut pas rêver, demain il ne fera pas une journée magnifique et chaude. Il ne me reste plus qu’à espérer que la pluie ne sera pas de la partie.

Je retrouve L’Homme et nos Amis, nous terminons 2/3 trucs, je donne mes instructions à Meilleur Ami pour le lendemain car c’est à lui qu’incombera la lourde de tâche de tout installer. La témoin de L’Homme a récupéré pour nous notre Wedding Cake : il est encore plus beau que dans mes rêves. Tout se met en place, je suis toujours zen et très impatiente !

Il est temps de passer une soirée entourés de nos Amis les plus chers ainsi que je l’avais souhaité dans la joie et la bonne humeur. La journée de demain sera chargée et pleine d’émotions !

Promis je vous poste très vite la suite !

Bisous

L.