Les activités extra-scolaire – 2ème année

Hello,

Oui je sais je vous ai fait FullSizeRenderun billet un peu similaire l’année dernière (https://laetitiaeva.wordpress.com/2014/09/24/attendre-encore-et-toujours/) mais j’avais juste envie de pousser à nouveau un coup de gueule. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous mais ici c’est la foire d’empoigne et c’est pire d’année en année ou alors c’est pareil et en vieillissant ma patience s’amenuise !

La fin de l’année scolaire rime avec fin des activités extra-scolaires et renouvellement ou non des adhésions. Se pose alors l’éternelle question de ce que voudrait faire Melle C. l’année suivante.

L’année dernière elle faisait natation/danse/éveil musical à raison d’une heure environ par cours (45 min pour la piscine). Le rythme était soutenu mais rien au final rien d’insurmontable pour notre marmotte. Comme je l’imaginais, même si c’était mal parti, elle s’est prise de passion pour la natation et a beaucoup aimé la danse et la musique. Restait donc à savoir si on l’obligeait à lâcher quelque chose ou non. Pas question pour elle d’arrêter la piscine, je tenais à ce qu’elle poursuive la musique. La question de la danse est restée en suspens oui, non, non, oui… Une fois décidé les emm*** peuvent commencer : tracasseries administratives, tenter de ficeler un emploi du temps supportable et qui, si possible, ne fasse pas concurrence à celui d’un ministre, envisager de demander un prêt à notre banquier afin de financer tout cela (!),  et  surtout, surtout, prendre son mal en patience !

Côté natation cette année Melle C. passe dans le groupe supérieur. Résultat nous passons de 45 min d’entrainement par semaine à 2h. Rien que ça ! Voyons le bon côté des choses ma cotisation me revient deux fois mon cher (bizarre mon banquier n’est pas sensible à cet argument). Melle C. est ravie, elle adore son entraineur, elle adore nager et pour le coup elle est plutôt douée (ce n’est pas moi qui le dit, même si je le pense, c’est son entraineur). Moi j’appréhende un peu la fatigue surtout le vendredi soir avec un entrainement de 19h à 20h. Mais au moins de ce côté-là cela a été relativement simple car pas de tests à passer cette année. Il a « juste » fallu déposer le dossier à des heures et dates précises : le soir en plein pendant la rentrée à l’autre bout de la ville ! L’Homme s’y est collé. C’était le bordel, il y a passé plus d’une heure juste pour déposer un chèque, un certificat médical et récupérer un bonnet de bain.  Il n’a pas aimé du tout !

Côté danse : surprise de fin d’année le conservatoire change sa politique de cours. Désormais les élèves de CP auront en danse 2 cours d’1heure par semaine afin de faire du classique et du moderne dans l’idée de se spécialiser l’année suivante. Impossible de ne faire qu’une heure ça serait trop simple. Je n’ai pas trop compris le but. Est-ce qu’ils espèrent repérer de futurs petits rats pour l’opéra ou une danseuse étoile ou est-ce juste le nouveau directeur qui veut marquer son territoire ? Soyons réaliste et objectif Melle C. ne sera jamais une danseuse étoile. Ma fille a beaucoup de qualités et de facilité dans certains domaines mais la danse n’en fait définitivement pas partie ! Elle aime danser mais elle n’est pas douée. C’est un loisir et un plaisir pour elle et c’est parfait. C’est bien à cela que serve les activités extra-scolaires non ? Je veux qu’il en soit toujours ainsi. Le niveau d’excellence recherché par le conservatoire ne colle donc.

En outre, 2h de danse par semaine ce n’est pas clairement possible et encore moins raisonnable. La décision est donc prise d’arrêter la danse avec le conservatoire. Je pensais donc qu’on en avait définitivement fini avec la danse. Mais voilà ma fille m’a arnaqué dans les grandes largeurs en me demandant d’en refaire avec l’association où elle était la 1ère année (à l’époque je ne savais pas que les inscriptions se faisait avant la fête des associations et je n’avais donc pas eu de place au conservatoire). Oui je sais c’est mon rôle de parents de mettre des limites et pas à elle de décider de tout… Mais là elle a trouvé en la maman de sa copine Melle A. une alliée de taille. Résultat on a craqué et dit oui. Je sais qu’elle s’y amusera, il ne s’agit que d’un cours par semaine. L’idée maitresse reste le plaisir avant tout et c’est parfait pour nous !

Comme nous n’y étions plus l’année dernière, impossible d’avoir le droit aux inscriptions prioritaire. Il a fallu donc se rendre à la fête des associations. Etant échaudée par les années précédentes je décide de m’y rendre pour 9h soit 1h avant l’ouverture officielle. Ah pas de pot cette année, ils ont changé la donne on ne peut pas rentrer avant l’heure d’ouverture officielle ! Malgré tout il y a déjà du monde devant moi. Ô joie de passer mon samedi matin sous la pluie à attendre, sans la certitude d’avoir une place. Bon ma stratégie a été payante (ou pas) mais Melle C. et Melle A. ont eu une place. Nous étions les 1ers au stand et heureusement car il n’y avait que 6 places.

Côté musique ça se complique. Toujours en lien avec leur nouvelle politique (à la c** si vous voulez mon avis) l’heure d’éveil musicale à laquelle je pensais l’inscrire n’existe plus. Désormais le conservatoire offre deux possibilités pour les élèves entrant en CP :

  • L’élève sait déjà quel instrument il veut faire et a obtenu une place : il devra faire 30 min de solfège/semaine et 1h du dit instrument
  • L’élève n’a aucune idée de ce qu’il veut faire (comme nous) et il pourra faire 1h de solfège/chorale puis s’il obtient une place 1h de découverte d’instruments. Ils testeront en petits groupes 6 instruments dans l’année.

Cela vous parait simple ? Dis comme cela ça l’est. Sauf que pour arriver à comprendre cela il m’a fallu beaucoup de temps et de patience. Nous avons reçu un courrier en fin d’année afin de nous expliquer tout cela. Résultat sur 4 parents avec qui j’en ai discuté, aucun n’a compris la même chose et au final personne n’a rien compris. J’ai fini par aller sur place pour demander des éclaircissements… La pauvre secrétaire en savait à peu près autant que moi. Elle m’a toutefois appris que si on le voulait, Melle C. pouvait déjà choisir un instrument, ah mais je ne l’avais pas noté dans sa feuille de réinscription ? Euh non étant donné que cela n’était demandé nulle part. Dommage ! Comme nous ne l’avons pas inscrit en souhait avant elle n’aura probablement pas de places (mais je ne savais pas qu’il fallait l’inscrire puisque ce n’était pas écrit, argh). En outre elle m’explique qu’a priori le cours de découverte d’instruments n’aura pas de créneaux fixes. Pardon ? Oui les horaires changeront plusieurs fois dans l’année. Euh pardon ? Et lorsqu’on a plusieurs enfants comment fait-on ? Et bien vous passez votre vie au  conservatoire Madame c’est le plus simple…. Mais bien sûre.

Au final en rappelant une nouvelle fois afin de tenter d’avoir d’autres infos (je n’aime pas ne pas comprendre) et afin de tenter de savoirs quels instruments il restait de dispo je démêle un peu tout cela. Côté instruments il ne reste plus que le violoncelle, la contrebasse et la harpe. Euh, comment dire, ça ne va pas être possible. J’ai pitié de mes voisins et de nos oreilles. Les instruments à cordes sans façon. A la limite la guitare mais c’est tout. Donc on se positionne pour l’option 2. Elle m’explique qu’il y aura deux créneaux dans l’année soit elle commence le lundi après-midi et changera en février soit elle commence le mercredi et passera au lundi. Ah mais le lundi c’est en même temps que le cours de solfège. Donc au final il faut espérer pouvoir l’inscrire sur le créneau du mercredi pour le solfège afin qu’elle puisse assister au cours de découverte des instruments du lundi. C’est aussi clair que du jus de boudin. Elle conclue en me disant que de toute façon il faudra venir le 14 septembre à partir de 16h30 pour l’inscrire au cours de solfège car ce qu’on a rempli en juin n’est que l’inscription administrative et on verra à ce moment-là.

Donc hier je me pointe. Les inscriptions devaient commencer à 16h30. Je sais qu’il y aura du monde, je m’organise avec la maman de Melle A. : elle récupère les filles à l’école et moi je vais faire la queue. J’arrive pour 16h en me disant qu’il y aura probablement du monde mais que 1/2h en avance ça devrait être jouable. Quelle naïve : il y a bien 100 personnes devant moi. Je découvre au détour d’une conversation que les 1ers sont là depuis… 13h. Franchement les gens n’ont que ça à faire. Dans quel monde vit-on pour venir plus de 3h avant pour inscrire des enfants à une activité extra-scolaire ? Sachant en plus que ce n’est que pour le solfège.

Une heure plus tard je ressors, je m’estime plutôt chanceuse au final : je n’ai assassiné personne et j’ai réussi à obtenir le créneau souhaité.

Par contre côté découverte des instruments c’est la douche froide. Melle C. a été inscrite suite à mon appel mais pas Melle A. Soucis c’est la maman de Melle A. qui s’occupe des trajets (oui je sais si j’avais mon permis… blablabla on ne va pas revenir dessus ok ?!). En outre les instruments proposés ne vendent pas du rêve : accordéon, hautbois, saxo, flûte à bec, harpe et trompette. Melle C. rêvait d’essayer la clarinette ou la flûte traversière. Raté.

On se pose donc la question de savoir si elle va ou non suivre ce cours. En termes d’organisation cela nous complique sérieusement les choses en tout cas. J’ai jusqu’à samedi pour décider.

Je m’estime malgré tout chanceuse car ceux dont les enfants font un instrument doivent remettre cela aujourd’hui afin de choisir le créneau qui leur convient/ou qu’il reste.

Et cela ce n’était que pour Melle C. d’ici quelques jours il va falloir que j’affronte les inscriptions pour Petite L. et si c’est comme l’année dernière cela va être encore folklo et interminable.

Tout cela me laisse un goût amer. C’est à te dégouter d’inscrire tes enfants à des activités extra-scolaire. J’ai la chance d’être dispo car en congé parental, mais comment font les parents qui travaillent ? Poser  après-midi de suite afin d’inscrire son enfant à la musique ? Oui il est toujours possible de s’entendre avec d’autres parents, mais faut-il en connaitre ? A la fête des associations des parents voulaient inscrire leurs enfants au conservatoire : « Ah mais on ne prend pas d’inscription ici, et puis c’est trop tard c’était la semaine dernière ». Alors certes l’année prochaine ils seront qu’attendre la fête des associations ne sert à rien, mais à quoi sert-elle alors ? Je pensais que le but était de permettre aux Massicois de découvrir toutes les associations présentent en ville et de choisir une activité sportive pour ceux qui le souhaite. Parce que le nombre d’association jouant le jeu est de plus en plus restreint.

Tant que les gens continueront à se pointer 3h avant ce sera toujours la foire mais cela signifie peut-être qu’il faut revoir le système des inscriptions non ? Alors c’est vrai chaque année je râle mais je joue aussi le jeu. Mais soyons honnête je n’ai pas vraiment le choix si je veux que Melle C. continue à faire ce qui lui plait. Toutefois l’année prochaine on réfléchira quand même à deux fois pour la musique.

Moi qui avais toujours traité de fous les parents qui multipliaient les activités pour leurs enfants sans leur laisser le temps de s’ennuyer je trouve que cette année on est plus que limite et cela ne me plait pas beaucoup. Et du coup alléger son emploi du temps avec une heure de musique en moins est très tentant.

L.

P.S : et dans mes malheurs j’ai la chance de ne pas avoir à faire la course au certificat médicale exigé pour la natation et pour la danse. Je les fais faire par ma pédiatre au début de l’été, ils sont valables 3 mois donc c’est parfait. Et cette année il m’en manquait un, elle me l’a fait et laissé au secrétariat pour que je le récupère !

Publicités

En colère

Déjà une semaine que le verdict est tombé, et depuis, je suis partagée entre l’envie de croire que tout cela n’est qu’un horrible cauchemar dont je vais me réveiller, une envie de pleurer et la colère. C’est surtout ce dernier sentiment qui prédomine depuis quelque temps.

Oui je suis en colère. Pas contre L’Homme. Mais contre tout le reste.

Je suis en colère par ce qui nous arrive. Cela ne devrait arriver à personne je le savais déjà, maintenant c’est une certitude.

Je suis en colère parce que personne ne peut nous dire comme un put** de virus peut filer un cancer des amygdales, quelles sont les modalités de transmission et si cela pourrait avoir une composante génétique. Et quel risque pour nos filles ?

Je suis en colère contre ce cancer qui nous bouffe déjà la vie, qui nous effraie et qui en 1 semaine a pris toute la place de nos conversations. Une amie m’a justement dit qu’on allait apprendre à le connaître, à le cerner et qu’il nous fera moins peur. Ces mots sont justes et elle a probablement raison, mais cela est encore trop tôt…

Je suis en colère car j’ai l’impression que notre vie ne nous appartient plus. Nos projets vont changer, il y en aura de nouveau, mais il faut aussi faire le deuil de certains.

Je suis en colère car il a fallu expliquer à nos filles à quel point la vie pouvait être injuste et fragile. Voilà des mois que je me bats pour rassurer Melle C. de ses angoisses liées à la mort, tout ça pour lui expliquer maintenant que son papa est très malade.

Je suis en colère car j’ai peur de ne pas réussir à tout gérer.

Je suis en colère…

Cette colère me rend triste mais c’est aussi elle qui, aujourd’hui, me donne la force de me battre.

L.

Avertissement

Bonjour,

Petit préambule avant de poster mes nouveaux billets. Les billets des jours/semaines/mois à venir seront le journal de bord de ce que nous allons vivre dans les prochains mois. Ces billets ne seront pas réguliers mais j’ai besoin de les écrire pour exorciser, pour mettre des mots sur nos maux, pour me libérer du poids de la maladie.

Je ne cherche pas à me faire plaindre, je ne cherche pas la compassion, juste écrire pour ne pas devenir folle. Maintenant j’accueillerai avec grand plaisir toute aide qu’elle soit moral ou matérielle.

Parfois mes mots seront durs parce que je suis en colère. Je ne cherche pas à blesser volontairement et si certains se sentent visés alors tant pis pour eux, je n’ai pas le temps ni le courage de ménager les susceptibilités des autres. Tant pis si je perds des amis au passage, c’est que ce n’était peut-être que des connaissances.

L.

Les parents à l’école…

Hello !

Bon je vais tenter de finir ce 2ème billet sur Melle C. et l’école. J’ai finalement décidé de scinder ce billet en deux pour plus de lisibilité et de faire de cette chronique sur l’école un triptyque correspondant assez bien aux acteurs en présence : l’état, les parents et l’équipe pédagogique.

Cette fois je m’attaque aux parents !

Cette année et demi dans le système scolaire m’a permis à moi de voir l’envers du décor. Jusque-là je n’avais été qu’élève, maintenant je suis de l’autre côté de la barrière je fais partie des parents. Vous savez ces gens souvent décriés car très pénibles pour les enseignants ! Mais attention moi je ne suis pas pareil ! Enfin j’espère…

Ah les parents… avant de les côtoyer je ne comprenais pas pourquoi les enseignants avait tendance à les trouver pénibles, désagréables, vindicatifs et même stupide. Je commence à comprendre un peu mieux même si je nuancerai le tableau. Moi je les trouve surtout « je m’en foutiste ». Enfin certains le sont, et c’est d’eux que je voulais parler aujourd’hui !

Je n’ai pas l’impression que les parents remettent en cause la parole de l’enseignant, soit du genre à se plaindre que l’une d’elle a puni un enfant ou ce genre de chose. Il n’éprouve juste pas le besoin de s’impliquer dans la vie de la classe et cela même lorsque notre aide est requise.

L’année dernière Super Maîtresse a eu beaucoup de mal à trouver des parents accompagnants pour les sorties. Alors il est vrai il ne s’agissait pas de super sortie super fun mais il n’empêche que sans au moins un parent c’est sorties ne pouvait avoir lieu. Et surtout des sorties il y en a eu 3 dans l’année, 3 matinées en une année scolaire, on pourrait donc s’attendre que sur 27 élèves il ne soit pas si compliqué de trouver 3 fois 2/3 parents ? Et bien si ! En fin d’année elle a voulu nous faire un cadeau et a proposé aux enfants de faire un petit recueil de leurs recettes favorites. Elle nous a donc sollicité pour que chacun d’entre nous lui transmette une recette, salé ou sucré, que notre enfant aime manger ou même mieux faire avec nous (ici Melle C. a voulu partager la recette des Guizadas, Super Maîtresse qui aime ça était ravie !). J’ai trouvé l’idée géniale ! Elle nous a relancés encore et encore et au final seul la moitié des parents a répondu à sa demande. Je trouve ça nul.

Pareil pour la fête de l’école, elle avait prévu de faire chanter les élèves devant les parents, nous étions donc prié d’être à l’heure afin que les enfants puissent répéter une dernière fois tous ensemble. A peine une moitié était là à l’heure dite, les autres sont arrivés ensuite pour juste profiter de la kermesse.

Cette année, à notre demande, Super Super Maîtresse nous envoie régulièrement des mails avec des photos des enfants prises pendant les ateliers ou des informations sur la vie en classe. A chaque fin de période nous recevons un long mail nous expliquant ce qui a été fait et avec plusieurs albums photos retraçant en image le travail accompli. Personnellement j’adore ! J’ai l’impression d’être une petite souris qui se glisse dans la classe. J’ai découvert avec stupeur que les autres parents ne prenaient pas toujours le temps de lire ses mails et encore moins de la remercier. Pourtant lorsqu’on voir l’heure à laquelle les mails sont parfois envoyé, je trouve qu’un merci est la moindre des politesses.

Je trouve cela tellement dommage. Surtout que pour avoir déjà discuté avec quelques parents, on est tous unanime sur le fait qu’elle est géniale. Alors pourquoi ne pas lui dire de temps en temps ? Et si les parents se sentent déjà si peu investit en maternelle qu’est-ce que cela va donner en primaire ? Et quel message est véhiculé auprès de nos enfants ?

L.

Décidément le mammouth va mal

Hello

 Et oui déjà de retour ! J’avais oublié quel plaisir j’avais de me mettre à mon clavier pour écrire, et tant pis si au vu des stats personne ne me lit !

Aujourd’hui je voulais vous parler de l’école, l’Education Nationale et tutti quanti. Un vaste sujet n’est-ce pas ! Tellement vaste que c’est ma 3ème ébauche de billet sur le sujet. Le 1er que j’ai commencé à rédiger en fin d’année dernière était censé être un bilan de la première année d’école de Melle C. sauf que voilà je n’ai jamais eu le temps de le finir et je trouve que faire le bilan de la petite section alors que le milieu de la moyenne section est déjà passé ça n’a plus que peu d’intérêt ! Le 2ème je l’ai commencé hier mais je n’ai pas eu le temps de le finir qu’il a fallu aller chercher Melle C. à l’école justement (et puis entre temps je dois avouer j’ai écrit sur un autre sujet un peu plus facile !). Et voilà que dans le cahier de liaison je trouve un gentil mot d’information des fédérations de parents d’élèves. Et au vu du mot je me suis dit que j’allais finalement changer un peu la ligne directrice de mon billet. Enfin non je vais en faire un 3ème billet et je tenterai de terminer la semaine prochaine le 2ème. Donc le 2ème paraitra après le 3ème qui finalement sera  le 1er vu que le 1er restera inachevé. Je vous ai perdu peut-être ?! Comme ça cela m’évitera de tout mélanger.

Avant toutes et afin que nous soyons claire aujourd’hui je ne compte pas parler des maîtresses (oui je sais professeur des écoles, mais convenez avec moi que maîtresse reste plus couramment utilisé.) ni des ATSEMS ni même du travail scolaire. Aujourd’hui ce qui m’interpelle, me hérisse, m’agace pour ne pas dire me fait sortir de mes gonds c’est plus l’administration qui régit l’école, que ce soit d’un point de vu national ou local.

On va partir du local et on parlera ensuite du national !

Donc voici le mot reçu qui m’a rendu passablement folle (disons plus que je ne le suis dans mon état normal) :

« Information sur l’évolution du groupe scolaire Moreau-Joliot-Curie

 L’ouverture d’une 4ème classe dans l’école maternelle Joliot-Curie [celle de Melle C.] est envisagée pour la rentrée de 2014, à la place du centre de loisirs actuel.

Le soir et le mercredi, la vingtaine d’enfants qui fréquentent aujourd’hui le centre de loisirs Joliot-Curie rejoindraient les quatre-vingts enfants du centre de loisirs de la maternelle Moreau.

Il n’est pas prévu de dortoir supplémentaire.

A plus long terme (probablement dès 2015), il sera sans doute nécessaire d’ajouter d’autres classes aux 11 classes de maternelles et 18 classes d’élémentaires du groupe scolaire.

L’équipe municipale propose d’agrandir la cantine (au mieux pour la rentrée 2015) et de construire un de centre de loisir élémentaire indépendant dans l’ouest de la ville (au mieux pour la rentrée 2016).

Les associations des parents d’élèves regrettent le manque d’anticipation de l’équipe municipale et demandent la création d’un nouveau groupe scolaire à l’ouest du RER. »

Quelques petites précisions s’imposent pour ceux qui ne connaissent pas notre école.

L’école de Melle C.  est une petite école puisqu’il n’y a que 3 classes. Elle est accolée à un groupe scolaire plus ancien et monstrueux qui comprend une autre école maternelle (11 classes) et une école primaire (18 classes). Elle a été ouverte y’a 3 ans pour pallier le manque de place lié à l’essor du quartier.

Elle est petite par son nombre de classes mais également par sa superficie. Aujourd’hui nous avons :

–          un centre de loisir qui est en fait une salle de classe normale équipée de toilettes.

–          Un dortoir réservé à la petite section

–          3 classes

–          1 préau

–          Des toilettes avec de mémoire 7 toilettes

–          2 bureaux administratifs

–          1 cour avec une structure de jeux assez petite.

Et cela pour 82 élèves. Oui ça fait déjà beaucoup d’élèves et lorsqu’ils sont tous dans la cour ça fait vraiment beaucoup d’élèves. Autant vous dire que l’ouverture d’une 4ème classe ne réjouit personne.

Ce qui me fait bondir dans ce courrier c’est, comme le souligne les associations des parents d’élèves, le manque d’anticipation de la part de l’équipe municipale. L’ouverture d’une classe supplémentaire on en n’avait vaguement entendu parler l’année dernière puis finalement au vu des effectifs cela ne s’était pas fait. Mais ça n’en restait pas moins inéluctable. Depuis 3 ans que notre école est ouverte il a bien dû se construire au bas mot 4/5 immeubles dans le quartier. Il était évident que dans ses immeubles habiteraient des familles avec enfants donc pourquoi rien n’a été envisagé quant à la scolarisation de ces enfants (on ne parlera pas du problème de places de crèches car c’est encore pire : 2 crèches dans le quartier seulement.) ? Il me semble pourtant que c’est la mairie qui délivre les permis de construire, et même si ce n’est pas le cas ils sont quand même au courant de ce qui se construit sur la commune non ? Alors pourquoi ne pas avoir envisagé de créer une nouvelle école ?

Aujourd’hui la cantine est partagée entre les 2 écoles maternelles et l’école primaire. Le manque de place impose la mise en place de plusieurs services. Résultat en primaire certains élèves ont à peine le temps de prendre le temps de déjeuner qu’il faut déjà retourner en classe. Alors comment cela va se passer avec une classe supplémentaire ? Parce que même si on table sur le fait que tout le monde ne mange pas à la cantine, sur une classe moyenne de 26 élèves il y en a quand même une petite vingtaine qui y mange.

Côté dortoir : pas de place pour entre construire un nouveau chez nous. Aujourd’hui par manque de place les élèves de moyenne section ne font plus la sieste : le temps calme se fait donc dans la classe assis sur une chaise et la tête sur la table. La classe de Melle C. est composée de gros dormeurs avec plus d’1/3 des élèves qui sont comme elle de fin d’année. Va-t-on demander aux parents (mères) des petites sections qui ne travaillent plus de ne pas mettre leurs enfants à l’école l’après-midi afin d’assurer une place à ceux dont les parents travaillent (bouh ! les mauvaises mères).

Et qu’en sera-t-il ensuite ? Parce qu’il y aura toujours des enfants dans le quartier et dans notre école c’est sûr une fois cette 4ème classe ouverte il n’y aura plus de places. A moins qu’ils envisagent de faire des classes de 40 élèves.

Mais finalement le pire dans tout cela c’est que nous sommes début mars que la nouvelle vient tout juste de tomber mais rien n’a été fait en concertation avec l’équipe enseignante. J’ai donc découvert avec stupeur que les maîtresses n’en savent pas plus que nous. Aucune idée de la composition de l’effectif, d’où cette classe sera exactement et de comment tout cela sera organisé. Je trouve tout ça ubuesque.

Enfin si le centre de loisirs est délocalisé dans l’école d’à côté, comment cela va s’organiser ? Que deviendra l’équipe actuellement en place ? L’intérêt de notre école et de son centre de loisir est son  côté cocon. On repassera pour le côté cocon quand il y aura une centaine de gamins dans un même centre. Et côté place les murs du centre ne sont pas non plus extensibles, surtout que l’année prochaine marque également la mise en place de la réforme sur les rythmes scolaires.

Tiens parlons en des rythmes scolaires… encore un vaste sujet d’énervement. Certains pourraient dire ou penser que j’arrive après la bataille, ce billet peut-être, mon énervement lui est réel depuis le début. J’ai assisté l’année dernière à une réunion organisée par la mairie qui était une « concertation » pour savoir comment Massy allait mettre en place la réforme. J’ai bien failli tomber de ma chaise plus d’une fois.

Pour rappel, l’idée de cette, énième, réforme c’est de repasser sur un rythme de 4.5 jours pour les enfants. Et cela non pas en raison d’un accroissement du temps scolaire mais en vue d’un allègement des journées. En contrepartie sera instauré des activités pédagogiques complémentaires en  groupe restreint. Vous aussi vous avez du mal à voir la logique ? Rassurez-vous vous n’êtes pas les seuls.

Dans l’absolu passer à 4,5 jours j’ai envie de dire pourquoi pas mais je ne vois pas vraiment en quoi cela va alléger les journées de nos enfants. Parce qu’il ne me semble pas que pour les parents qui travaillent les journées vont, elles aussi, être allégées afin de leur permettre d’aller chercher leurs enfants plutôt. Donc au final le temps de présence des enfants à l’école sera les lundi/mardi/jeudi et vendredi le même, reste que désormais ils y seront également le mercredi. Alors certains diront mais pour ceux qui vont au centre le mercredi cela ne change rien. Euh admettons. Je ne suis pas persuadée que pour un enfant une matinée au centre soit la même chose qu’une matinée à l’école.

A moins que cela ne soit un moyen déguisé pour ramener les mères à la maison afin d’inverser la courbe du chômage.

Et comme nous ne sommes plus à une connerie près, parlons des fameuses activités pédagogiques. Parce que si cette demi-journée était du temps scolaire en plus, permettant un approfondissement des connaissances, un meilleur soutien des élèves en difficulté fait par les enseignants cela m’irait très bien mais non le temps scolaire lui ne change pas : il sera toujours de 24h par semaine. Ce temps en plus est donc pour permettre aux communes d’organiser et de mettre en place des activités périscolaires appelées également TAP (Temps d’Activité Périscolaire).

Notre cher maire a lui décidé que cela ne l’intéressait pas. Ses arguments : pas de personnel, pas de place, pas de financement. Dans l’absolu je pourrais presque le comprendre mais j’ai quand même eu l’impression qu’il n’avait pas consacré plus d’une minute au problème et, que par principe, il n’en voulait pas donc on fera sans. C’est peut-être ce qui m’a le plus agacé (pour ne pas dire plus) lors de la réunion de concertation cette sensation que nous étions dans une parodie de démocratie où notre présence était requise afin de nous faire de nous faire croire que la décision était encore à prendre et que nous parents/enseignants nous avions le droit à la parole alors que la décision était prise et que rien ne le ferait changer d’avis. Pas du tout l’impression d’être prise pour une conne.

Résultat il y a quelques jours nous avons reçu un joli courrier de la mairie nous indiquant le nouvel emploi du temps de nos enfants. A partir de septembre voici la semaine de Melle C. :

  7h30-8h30 8h30-11h30 11h30-13h30 13h30-16h 16h-19h
Lundi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Mardi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Mercredi ALSH Ecole Déjeuner Centre de loisirs  
Jeudi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Vendredi ALSH Ecole Déjeuner 13h30-15h Ecole ALSH

Donc non seulement nos enfants vous passer plus de temps à l’école mais ce sera pour être plus à la garderie. Garderie où je vous le rappelle ils seront au bas mot une centaine. Très reposant en effet. En outre avec leurs nouveaux horaires il devient impossible aux parents qui arrivaient à finir plutôt le vendredi afin de récupérer leurs enfants de continuer à le faire. Et qu’est-ce que pourront bien faire les maîtresses en 1h30 ? A 15h les petits n’ont pas forcément fini leur sieste, il faudra donc les réveiller ? Super question rythmes de l’enfant.

Et côté financier cela va retomber en intégralité sur les parents qui devront donc payer plus avec un pouvoir d’achat qui pourtant lui est en constante baisse.

Avec une application telle quelle de la réforme celle-ci perd tout intérêt (s’il y en avait un). Pourquoi notre gouvernement s’est obstiné dans cette voie ? Qu’y avait-il de si urgent pour que cette réforme soit mise en application au plus tard à la rentrée 2014 ? Pourquoi est-ce qu’une fois de temps en temps au Ministère de l’Education Nationale ils ne font pas de réformes en concertation avec les principaux intéressés à savoir le corps enseignant et les parents ? Cette réforme est tellement mal faite qu’au prochain changement politique elle sera annulée et qui en aura payé les conséquences en attendant ?

Et dans un contexte rendu déjà chaotique par cette réforme à la noix, il ne trouve rien de mieux que de nous ouvrir une nouvelle classe sans en concerté une nouvelle fois l’équipe pédagogique, sans avoir réfléchi une fois encore à une solution pérenne.

Voilà seulement deux ans que je fréquente le système scolaire public et je suis déjà blasée devant tant incompétences. Et malgré tout je relativise en me disant qu’au moins nous avons la chance d’avoir une équipe pédagogique au top : des maîtresses et des ATSEMS géniales ! Maintenant c’est une certitude Melle C. ira dans le privé pour son entrée en primaire et Petite L. dès son entrée en maternelle. Certains me diront que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs mais je sais au moins que l’on sera moins tributaire des abrutis qui dirige l’éducation nationale.

A très vite.

L.

Moi mère fusionnelle et fière de l’être !

Bonsoir,

Me revoilà, pas avec le billet que j’avais initialement prévu de vous faire mais un autre qui me tient tout autant à cœur.

L’idée m’est venue après une discussion avec une amie sur le co-sleeping et sur l’éducation de nos enfants au sens large. D’ailleurs avez-vous remarqué cette sémantique qui veut que l’on parle de « méthodes d’éducation » ou de « méthodes éducatives », à croire qu’il existe une méthode pour élever nos enfants !

Mais mon billet n’a pas pour but de faire de la sémantique ! Il y a maintenant un peu plus de 2 ans je vous parlais de la culpabilité qui s’abattait sur nous pauvres mères (https://laetitiaeva.wordpress.com/2010/03/02/culpabilite-quand-tu-nous-tiens/). Culpabilité qui à mon sens a deux sources principales : LA norme sociétale du moment et notre éducation judéo-chrétienne.

Aujourd’hui ce billet est un peu la suite logique au premier. La culpabilité est toujours là, moindre que les premiers mois mais tapit dans l’ombre ne demandant qu’à venir me ronger à nouveau. Mon dernier sujet de préoccupation qui est à l’origine de ce billet finalement : le co-sleeping ou cododo.

Comme son nom l’indique le cododo est le fait de faire dormi son bébé dans sa chambre ! C’est aujourd’hui quelque chose qui commence tout juste à être admis dans notre société. On l’accepte, on le tolère pour un nouveau-né. Je me suis notamment aperçue de ce changement lors de la naissance du fils de Meilleure Amie. Nous avons accouché à 1ans ½ d’intervalle dans le même hôpital. A la naissance de ma fille, alors que je tentais d’expliquer aux puéricultrices que ma puce ne voulait dormir que sur moi et que peut-être, la solution pour que je dorme également était de répondre à sa demande, j’ai eu l’impression d’être une horrible mère : préférer mon sommeil à la vie de ma fille, oui rien que ça la vie de ma fille ! En effet, je pourrais malencontreusement écraser ma fille, l’étouffer ou la faire tomber… 1 ans ½ plus tard, l’hôpital s’est équipé d’écharpe de portage et préconise le co-sleeping !

Personnellement, après une nuit d’enfer à essayer de poser et re-poser Petite Puce dans son berceau et qui hurlait à chaque fois, j’ai vite compris que dormir avec elle serait la meilleure solution pour elle et moi ! Autant vous dire que mon choix a été vite vu ! Et alors qu’avec L’Homme nous avions dit avant l’arrivée de notre merveille : jamais dans notre lit nous avons vite revu notre copie ! Nous avons continué comme cela quelque temps, jusqu’à ce que Petite Puce accepte d’elle-même de faire ses nuits dans son berceau puis dans son lit. Nous avons fait le choix de la garder près de nous lorsqu’elle est malade car cela la rassure et moi cela me permet de garder un œil sur elle tout en ayant quelques heures de sommeil nécessaire ! Mais voilà depuis quelques semaines, les cauchemars sont venus nous rendre visite, désormais les réveils à 4h du matin par une Petite Puce pleurant sont devenus notre quotidien. Et là que faire quand Petite Puce ne veut plus se rendormir dans son lit ? La facilité a été de la prendre avec nous : pas l’envie de batailler alors que la seule chose à laquelle j’aspire est de retrouver la chaleur de ma couette. Et puis sentir le corps de Petite Puce se lover contre moi tout en se rendormant c’est un moment magique. Bon en contrepartie j’ai le droit à un concours de ronflements avec son père mais je m’y suis faite !

Sauf qu’à un moment donné, ma culpabilité a profité d’un moment de faiblesse pour venir me submerger… Est-ce que je ne donne pas de mauvaises habitudes à ma Puce ? N’est-elle pas trop vieille pour finir ses nuits entre nous ? Est-ce que, sous couvert de cauchemars, tout cela ne serait pas juste un caprice ? Alors j’ai voulu mettre à terme à cette habitude en me disant que c’était mieux ainsi… ouais sauf que nous avons passé une des pires nuits depuis sa naissance : réveil toutes les heures, impossible d’éteindre la lumière du couloir… à 6h du mat’ j’ai craqué je l’ai rapatrié avec nous et nous avons tous dormi pour une super grasse mat’.

Nous avons donc décidé que notre qualité de sommeil à tous prévalait sur les normes et les diktats. Et si Petite Puce éprouvait le besoin de finir ses nuits avec nous, alors c’est ce qu’il y a de mieux pour elle. Après tout après un cauchemar pour me rendormir sereinement rien de telle que de me retrouver dans les bras de L’Homme alors pourquoi exiger que Petite Puce se rendorme seule ?

Aujourd’hui je trouve qu’il existe un certain nombre de poncifs véhiculé en partie par les médias et qui reflètent assez bien les normes sociétales en vigueur : ne pas dormir avec son enfant en est un. Choisir de porter, de chouchouter son enfant, de répondre à sens attentes nous catalogue alors en mère fusionnelle d’un enfant roi qui sera forcément mal élevé, égoïste et un inadapté de la vie en société.

Mais est ce que mère fusionnelle signifie forcément mère totalement folle ? Le stéréotype est la mère qui se prend pour la meilleure amie de sa fille, qui lit son journal intime, qui s’habille comme sa fille, qui ne vit que par ou pour sa fille avec un père totalement absent, totalement écrasé par ce couple « mère/fille ».Est-ce que vouloir par-dessus tout le bonheur de ma fille signifie que je vais en faire une inadaptée de la vie ?

Je ne me retrouve pas dans ses stéréotypes que certains média décrivent. Et pourtant je sais au fond de moi que je suis fusionnelle avec ma fille. Elle fait partie de moi, de ma chair, son absence me prend aux tripes et rien ne me rend plus heureuse que de l’avoir contre moi, de la câliner. Je n’ai pas le sentiment que cette relation « mère/fille » soit à l’encontre d’une relation « père/fille ». Ce n’est pas trop faible que de dire que L’Homme adore sa fille, que son absence lui est tout autant difficile qu’à moi et il est le premier à répondre à ses envies de câlins ! Notre vie de famille est une vie de famille à trois où mon couple est tout aussi important que les relations que nous avons avec notre fille.

Dire que nous sommes à sa disposition serait faux mais nous essayons d’être à son écoute et de répondre au mieux à ses attentes, ses besoins sans pour autant en faire une petite fille capricieuse, sans pour autant lui donner l’impression que nous sommes à sa disposition. Elle sait et comprend qu’il y a des moments où nous ne donnerons pas suite à ses demandes car nous sommes occupés. . Je ne suis pas adepte de cette philosophie post soixante-huitarde qui voulait qu’il soit interdit d’interdire. Je ne pense pas qu’il soit bon de faire croire à l’enfant qu’il peut obtenir tout ce qu’il veut, quand il le veut en l’exigeant. Et à l’inverse je ne crois pas non plus à l’éducation basée sur l’autorité absolue d’une figure paternelle qui impose un point de vu auquel l’enfant doit se conformer sans en comprendre les raisons sous peine d’être puni.

Des limites nous en posons, elle les connait et les respecte car elle les comprend. Elle sait qu’elle n’a pas le droit de les dépasser.

Nous lui apprenons l’autonomie, le respect des autres et notamment des adultes, la politesse : des valeurs auxquelles nous croyons. Nous lui apprenons aussi à s’interroger, à nous interroger pour savoir et comprendre. Nous essayons de répondre au mieux à ses questions et croyez-moi au bout du 150ème « pourquoi ? » de la journée j’ai par moment l’envie de lui répondre « parce que ! » !

Je reste persuadée que lui expliquer les choses, communiquer avec elle, lui permettra de mieux appréhender les attentes d’une société toujours plus exigeante et d’y évoluer en toute confiance.Nous sommes là pour elle, nous avons fait le choix de lui apporter un environnement sécurisant qui lui permette de s’épanouir à son rythme sans pour autant lui faire croire que la vie est simple et facile.

Je ne crois pas que faire le choix d’une éducation non violente basée sur la communication et l’échange, vouloir que notre maison soit un lieu d’échange, de tendresse et d’amour soit néfaste à l’équilibre de notre fille.

Alors oui je suis une mère fusionnelle, je le revendique haut et fort et j’en suis fière ! Non mais !

Bisous

L.

EDIT : Politicus Ridiculus

Petit édit car j’ai la sensation que mon billet n’a pas été pris comme je l’aurais souhaité. Oui je sais je devrais m’en foutre mais le sujet est trop brûlant pour que ça soit le cas !

Déjà je tenais à préciser que je ne visais personne. Les statuts, vidéos et autre dont je parlais viennent d’horizons très différents. Comme tout tourne en boucle sur FB je les ai parfois vus publié par 2 ou 3 personnes n’ayant a priori pas de connexion entre elles, enfin hormis moi !

Ensuite, le sujet n’était pas tant de savoir pour qui je vote ou pour qui vote mes amis. A vrai dire je m’en fiche cela ne me regarde pas et ce n’a jamais été un critère ! Et comme j’ai tenu à le rappeler avec L’Homme nous ne sommes pas toujours d’accord et cela ne nous empêche pas de nous aimer !

Mon problème et mon coup de gueule d’hier était plus sur la propagande et la campagne de désinformation qui a envahi mon mur FB. Je n’en comprends pas l’intérêt et je ne vois pas ce que cela apporte au débat. Convaincre les autres pourquoi pas, après tout c’est le jeu, mais autant le faire avec de vrais idées, non ?

Mais peut-être, comme me l’a fait remarquer Meilleur Ami sur FB (!), que le problème vient d’une part de l’absence de débat d’idées dans cette campagne voir l’absence d’idées tout court, et l’absence de sens critique de nos élites journalistiques. Ou alors le problème vient de moi qui me prends la tête sur des broutilles (je ne sais pas pourquoi mais je sens que L’Homme sera assez d’accord avec cette hypothèse !).

Allez promis mes prochains billets seront plus léger et moins sujet à polémique !

Bonne journée

L.

Politicus Ridiculus

Bonsoir,

Je profite du débat d’entre deux tours pour vous écrire une petite bafouille. Oui je sais je n’ai toujours pas fini de vous raconter la fin de notre mariage. Mais ce ne sera pas pour ce soir. Et puis il me reste encore presque 4 mois pour faire mes 3 derniers billets sur ce sujet !

Mais ce n’est pas le sujet de ce soir ! Comme il y a déjà 5 ans me revoilà pour parler politique (https://laetitiaeva.wordpress.com/2007/04/23/une-fois-nest-pas-coutume/). Cette fois encore le débat ne me passionne pas et le choix entre les candidats ne m’a pas transcendé mais ce n’est pas ce côté-là de la campagne que je souhaite aborder, après tout, mes opinions politiques ne regardent que moi !

Ce soir je voulais pousser un coup de g***. Oui encore un, mais vous remarquerez que cela faisait un moment que ça ne m’étais pas arrivé ! Cette campagne pour les élections présidentielles est finalement pour moi la geek de service une première. En effet, il y a 5 ans je n’étais pas encore totalement et définitivement accroc à un célèbre réseau social et pour cause je n’y étais pas inscrite ! Donc cette nouvelle campagne vue par FB est une épreuve du feu pour moi… et je crois que je m’en serais bien passé ! Je n’ai qu’une hâte que tout cela se finisse rapidement !

Ma Maman m’a toujours appris que si nous votons dans un isoloir c’est qu’il y a une raison : personne n’a à savoir pour qui nous votons ! Pendant longtemps j’ai pensé que c’était là encore un de ses grands principes à la c**. Après tout nous vivons dans une démocratie où la liberté de paroles est de mise et je n’ai pas à avoir honte de mes idéaux. Oui mais voilà en vieillissant on découvre que les grands principes à la c** d’une mère ne sont peut-être pas si à la c** que ça ! Elle a parfois tord mais il faut bien admettre qu’elle aussi parfois raison !

Et  pour le coup en matière de politique elle n’avait peut-être pas tort. J’en ai eu un premier aperçu après avoir rencontré L’Homme et sa famille ! Pour la première fois (j’exagère peut-être un  peu mais pas loin !) je découvrais qu’il existait des personnes avec qui je pouvais avoir des affinités forte (L’Homme, pas ses parents !) et qui n’avait pas les mêmes affinités politiques que moi. Afin de respecter une certaine harmonie nous avons donc assez vite arrêté de débattre sur des questions politiques. Nous avons nos opinions, le temps passant elles ont tendance à se rejoindre mais nous évitons tout sujet stérile et polémique !

Je n’étais pas naïve au point de croire que mes amis sur FB, qui je tiens à le préciser sont avant tout des amis réels, avaient forcément tous les mêmes opinions politiques que moi. Maintenant j’avoue je ne m’attendais pas quelques jours avant le 1er tour et pendant l’entre deux tour à voir fleurir autant de statuts concernant cette campagne électorale qui est pourtant je trouve assez inintéressante. Et pourtant il n’y a pas un jour qui passe sans qu’apparaisse sur mon actualité (enfin celle de mes amis… Est ce qu’il existe un équivalent FB à la TL ?) une vidéo, un article de journal ou une tartine sans fin sur un candidat. Et je dois avouer que cela m’épuise et m’interroge.

Déjà je ne peux m’empêcher de me demander quel est l’intérêt de re-sortir des vidéos d’interview télévisées qui date de mathusalem, qui souvent sont tronquées et sorties de leur contexte. Qu’est-ce que cela apporte au débat ? Comment peut-on à partir de quelques minutes d’interview d’il y a 5/10/15 ans décider quel est le meilleur futur président ? Mais au moins ce type de vidéos a au moins le mérite d’être issue de sources d’informations « fiables », enfin dans la mesure où on peut dire que la télévision est fiable comme source d’information, mais ceci est un autre débat !

Mais j’aimerai savoir ce que cela apporte au débat de nous passer de poster des vidéos que j’appellerai « maison » qui sont en réalité un montage reprenant des phrases, des vidéos et tout autre support quelconque et cela dans le seul et unique but de nous prouver que tel ou tel candidat est la pire chose qui pourrait nous arriver. Personne n’est tout blanc ou tout noir et, heureusement, chez les deux candidats restant il y a de bonnes comme de mauvaises idées. Il y a 5 ans j’étais saoulée de devoir voter contre quelqu’un plus que pour quelqu’un. En nous diffusant de telles vidéos cela ne me convainc certainement pas de voter pour quelqu’un. Surtout que mon côté « toujours avec les opprimés » pourrait avoir tendance à me faire faire l’inverse ! Je n’aime pas quand on s’acharne sur quelqu’un gratuitement.

Le pompon revient toutefois aux statuts nous refaisant la bio d’un candidat, bien sûr on ne sait pas de qui il s’agit avant de s’être ingurgiter tout le pavé et son soi-disant bilan. Le tout sans savoir d’où cela vient, de qui cela vient et ne parlons même de la vérification des sources et des chiffres et des vérités absolues annoncées. Reprocher à un candidat les idées politiques de ses parents ou sa fortune me parait tellement ridicule, stupide et débile. Cela signifierait que l’on est génétiquement programmé à voter comme ses parents ? Dans ses cas-là pourquoi faire des élections ? Après tout, les résultats sont toujours les mêmes si de génération en génération on ne fait que reproduire le vote de ses aïeux ? Et qu’en est-il pour les enfants comme Petite Puce qui ont des parents qui ne sont pas toujours d’accord ? Est-elle condamnée à voter blanc ? Et est-ce qu’avoir des parents riches signifie fatalement que l’on doit voter pour un parti plus qu’un autre ? Et le libre arbitre dans tout ça ? Et surtout en quoi cela va faire avancer le débat ? Qu’en est-il des idées de fonds ? Est-ce que nous ne devrions pas élire un candidat à la fonction suprême sur ces idées ?

Aujourd’hui grâce à FB tout le monde se croit journaliste et se donne l’illusion de détenir la vérité absolue… je trouve cela épuisant, fatiguant et agaçant. Heureusement que les prochaines élections ne seront que dans 5 ans… cela me laisse le temps de changer d’amis sur FB ou mieux de me désintoxiquer de supprimer mon compte !

Bonne soirée à tous.

N’oubliez quand même pas d’aller voter dimanche.

Bisous

L.

Coup de g*** du jour !

Bonsoir,

Voilà quelques jours que le clavier me démange et que je réfléchis désespérément à une idée de billet… alors je tente un retour parmi vous. J’ai longuement hésité : vous parler des préparatifs du mariage : rien de passionnant ou de drôle à raconter, de la dernière bêtise de Petite Puce… j’ai arrêté de les comptabiliser, du boulot : trop risqué et pourtant il y’aurait beaucoup à raconter !

Quand je me suis souvenue que cela fait un moment que j’avais envie de pousser un petit coup de g*** au sujet d’un certain nombre d’articles parut dans la presse féminine. Enfin dans un magazine car je n’en n’achète pas moi-même mais la Mère de L’Homme est abonné à un hebdomadaire et me passe les numéros une fois lu. En général je les lis en diagonale.

Alors passons sur les thèmes récurrents : le régime pré-été, pré-fêtes, post-fêtes, de la rentrée… à chaque fois différents et toujours extraordinaire, les articles sur la mode : le it-bag, les it-shoes, la it-robe… chaque semaine différent bien évidement et coûtant au bas mot un SMIC à chaque fois. Je passerai également sur ses mannequins photoshoper en couvertures qui doivent suivre scrupuleusement chaque régime cités plus haut. J’exagère une fois par an environ nous avons le droit à ce qu’ils appellent « un mannequin XL » comprenez une nana normalement constituée (et encore) qui n’a pas la « chance » de faire une taille 36 anorexique et qui doit tout de même faire un grand 38.

Caché au milieu de cela et entre deux pages de publicité pour un parfum, des fringues, du maquillage (en alternance) se trouve quelques articles de fond sur un sujet à la mode : le mariage de William et Kate, la grossesse présumée de Carla, et probablement sur le dernier numéro l’affaire DSK (je ne l’ai pas encore récupéré)…

Bref, en général toute cette futilité m’amuse et surtout ne me prend pas beaucoup de temps pour les lire ni ne mobilise une trop grande part de mon cerveau. Parfait à lire quand je prends le temps d’un bain.

Mais depuis quelques temps j’ai vu fleurir des articles sur la parentalité, l’éducation et les relations parents/enfants. Valorisons-nous trop nos enfants ? Mères/Filles : sommes-nous trop fusionnelles ? Quel avenir pour les enfants de divorcés ? etc etc…

Et après chaque lecture ce même constat : à les écouter nous sommes tous d’atroces parents. Nous sommes ainsi entrain de créer une nouvelle génération sans repères, totalement névrosée. Quel est l’intérêt d’écrire de tels articles ? En général quelques conseils sont parfois distillés mais dans l’ensemble à la fin de la lecture de tels articles on n’en ressort démunis.

Alors aujourd’hui qu’est ce que c’est qu’être de bons parents ? Comment réussir à concilier ce diktat de la perfection qui envahit nos vies avec la réalité ? Quelle éducation pour nos enfants ? Mais à qui s’adresse ses fichus magazines ?

Comme j’ai l’habitude de commencer mes romans par la fin (surtout les polars) je vais répondre en commençant par la fin… ou tout du moins tenter de répondre !

A qui s’adressent ses magazines ?

Une chose est certaine pas à moi. J’hésite entre plusieurs types de population… La parisienne d’une quarantaine d’années, probablement femme au foyer mère de deux adolescents ultra looké et détestable avec un Homme qui finance crèmes de beauté, parfums, fringue avec son pendant la version divorcée.

Je pense qu’on peut également y mettre la provinciale (ou banlieusarde), qui rêve d’avoir la vie de la 1ère (la parisienne citée plus haut) et qui à défaut d’avoir sa vie, crois pouvoir s’en rapprocher en ayant les même lectures.

Et enfin toutes personnes ayant plus de 10 minutes d’attente dans une salle d’attente d’un médecin !

(ceci est une analyse totalement personnelle, totalement partiale. J’en suis pleinement consciente et surtout j’assume !)

Comment concilier vie réelle avec tous ses diktats imposés ?

Instinctivement je dirais il suffit de ne pas les écouter. Mais je sais que ce n’est ni faisable ni possible : la pression sociale est forte et passer outre demande une volonté que je suis loin d’avoir. J’essaye de faire avec. Je suis réaliste je ne ferais jamais un 36, je n’aurais jamais des jambes longues à ne plus savoir où les mettre mais je continuerai à espérer qu’une jolie paire de chaussures feront de moi d’un coup de baguette magique la plus belle et je continuerai à me damner pour un beau sac (au grand dam de L’Homme) !

Et comme au fond de moi sommeil une Bridget Jones, je continuerai à noyer mon chagrin avec une bonne cuillère de Nutella ou de glace en regardant ce qu’appelle certains un film de pleureuse !

Je ne suis pas parfaite, je ne le serais jamais. Et tant pis si je ne réponds pas à 100% aux normes édictées par la société. Me rendre malheureuse à cause de cela n’empêchera pas la terre de tourner ! Alors pourquoi me prendre la tête ces articles ? Tout simplement parce que je suis fatiguée d’avoir toujours l’impression de passer pour une horrible mère, fatiguée de lire que l’avenir de ma fille sera ce qu’il peut se faire de pire.

Et surtout je me demande quelle est l’impact sur des jeunes mamans plus démunies que moi ? Quel est l’intérêt pour ces journalistes de nous culpabiliser ainsi ? Est-ce une manière pour eux de se décharger de leurs angoisses ?

Et surtout si nous avons tout faux donnez-nous la recette miracle !

Qu’est ce qu’être un bon parent ? Quelle éducation pour nos enfants ?

Je n’ai pas les réponses. Et celui qui les a est prié de me les donne !

Je sais qu’aujourd’hui je fais de mon mieux pour transmettre à ma fille les bases de l’éducation et les valeurs que ma mère m’a enseignée.

Je fais et ferais probablement des erreurs. Je ferais probablement les choses différemment avec le (ou la) cadet(te) et encore différemment avec le (ou la) benjamin(e) et mes enfants me le reprocheront un jour ! Mais ce n’est ce pas ça être parents ?

Une chose est certaine Petite Puce elle se régale de pouvoir « lire » (le plus souvent à l’envers) et déchirer toutes ses inepties publiées. Et finalement c’est peut-être la meilleure utilisation que l’on peut en faire !

Et vous qu’en pensez vous ? Pour ou contre ce type d’article ?

Gros bisous et à très vite avec des articles plus léger sur le mariage et les bêtises de Petite Puce !

L.

Une fois n’est pas coutume…

… je vais parler politique. Ce n’est pas vraiment dans mes habitudes de parler de sujet sérieux et je vous rassure ça restera exceptionnel !!! Promis, mon prochain billet sera plus léger et si tout se passe comme prévu cette semaine je vous parlerai du futur appart de mes rêves (mais chut pour le moment c’est encore un secret !).
Bref, revenons à nos moutons, aujourd’hui on a eu le droit au premier tour des élections présidentielles. 12 candidats pour une seule place au final, enfin deux places dans un premier temps. Dans 15 jours ils joueront aux chaises musicales pour savoir qui sera notre prochain président à moins que cela ne soit UNE présidente !!!
On ne peut pas dire que la campagne m’ait beaucoup passionnée, je l’ai trouvé beaucoup trop longue et inintéressante. Comme le dit si bien ma Grand Mère pendant des mois ils se sont ingéniés à nous dire qu’ils étaient les meilleurs, sans expliquer pourquoi, puis l’échéance se rapprochant, ils ont changés de tactique pour en arriver à se taper les uns sur les autres. Résultat acun débat d’idées et surtout aucune proposition concrète et réaliste, juste des promesses ! Alors depuis quelques temps une question me taraudait pour qui voter ?
Traumatisée par le 21 avril 2002 et n’ayant aucune envie de devoir au second tour choisir entre Le Pen ou Sarko ou plus simplement envisager de quitter la France, me suis résolue à voter utile. Euh parceque la France même si je ne l’aime pas toujours ça reste mon pays et tant pis si ça ne plait pas à certains !
Et c’est là que tout se complique voter utile mais pour qui ? Pour le candidat qui sera le plus à même de battre celui que j’aime pas au second tour ou pour celui ou celle qui a une chance d’atteindre le second tour ? Et quid des idées de la tendance politique des différents candidats ?… Tout es toujours mieux que 5 ans de terreur et d’un état policier mais bon je n’ai pas non plus envie de vendre mon âme au diable !!!
Et tout le monde y va de son avis, tout le monde a une opinion mais quand on gratte un peu on s’aperçoit que le chiffre d’indécis de 42% ne doit pas être totalement faux parce que après discussion la conclusion est toujours la même « pff finalement je ne sais toujours pas pour qui voter, on verra dimanche ! » C’est bien beau de dire on verra le jour des élections et ainsi botter en touche, mais euh ce fameux dimanche a fini par arriver et moi je n’avais toujours aucunes idées pour qui voter. Ma dernière solution attendre 18-19 heures et connaitre les résultats pour choisir mais en même temps c’est pas totalement honnête et puis j’ai d’autres projets que de passer un temps fou à trouver les estimations (il s’est avéré que j’aurais pu demander à une copine en Belgique mais sur le coup j’y ai pas pensé !).
Donc sans savoir pour qui voter me suis rendue dans l’école à côté de chez moi en me disant je verrais bien ! Et j’ai vu, j’ai fait mon devoir civique sans grande conviction plus par obligation qu’autre chose ! C’est lamentable et je le sais ! Et le pire c’est qu’il en sera de même au second tour !
Maintenant on va avoir le droit à 15 jours d’une campagne tout aussi inintéressante ou la grande inconnue sera de savoir à qui vont profiter les 18% de Bayrou ! J’attends avec impatience le face à face du 2 mai pour voir comment vont se comporter nos deux présidentiables. Nico a appelé à une campagne digne, comme s’il connaissait se mot, et Ségo va essayer de se poser à la fois en candidate de la gauche et du centre…. j’espère qu’elle est douée en gymn parceque là ça c’est un vrai grand écart  qu’elle va devoir faire !
Enfin, les seuls points postitifs dans tout ça c’est que Le Pen s’est pris une vrai raclée et a fait un score médiocre, la tronche qu’il tirait au moment des résultats était digne d’une émission de real tv comme un candidat apprend qu’il doit partir !!! Et que le taux de participation atteind les 86%, autant dire, du jamais vu dans l’histoire de notre démocratie !!! En espérant qu’il en sera de même pour le second tour le 6 mai et pour les législatives !!!
Peut être que dans 5 ans je pourrais enfin voter pour quelqu’un et non pas contre quelqu’un ! Allez il parait que l’espoir fait vivre !
Allez à bientôt !
Bisous
L.
P.S : ah les premiers sondages sont déjà tombés et ça donnerait 54% contre 46% ! Je le sens mal ce deuxième tour !!! Je crois que je vais aller noyer mon chagrin dans du chocolat !