Kobo mon nouvel amour ?

Bonjour,

Voilà un moment que je n’ai pas publié… 2015 est tellement compliqué et il faut bien le dire totalement merdique que me mettre à mon clavier n’était pas ma priorité. Et puis, il faut l’avouer,  l’envie n’y était pas. Mais aujourd’hui j’ai envie d’écrire, écrire sur un sujet un peu léger qui me changera les idées. Ecrire pour me faire croire que ma vie est tout à fait normale, écrire pour me changer les idées,  écrire sur ce qui me permet de tenir en ce moment : la lecture.

J’ai toujours aimé lire. Au collège mon endroit préféré était le CDI, j’y passais des heures et je détenais le record de livre emprunté par années ! Le soir pour finir un livre je me mettais sous mon drap avec une lampe de poche histoire de ne pas me faire prendre ! Après au lycée, je préférais manger un sandwich en vitesse pour aller me réfugier à la bibliothèque municipale. Si ma mère savait que pendant presqu’un an elle a payé la cantine pour rien… Et je révisais mes cours en ayant mon livre en cours sur mes genoux, très productif ! Deux jours avant mon oral de français du bac je me suis engloutie un livre de 500 pages car je n’arrivais pas à m’arrêter, il n’avait bien évidemment rien à voir avec mes épreuves !

Tout ça pour dire que les livres c’est mon refuge à moi. Je m’évade, je voyage, je vis une vie différente de la mienne, l’espace de quelques pages je suis quelqu’un d’autre. Je m’enferme dans une bulle où le quotidien ne m’atteint plus.

Mes choix de lecture sont assez éclectiques même s’ils se cantonnent au roman. J’ai toutefois une passion assumée pour les polars. Enfant je crois que j’ai lu tous les Alice de la bibliothèque verte, je suis ensuite passée au Mary Higgins Clark pour m’attaquer enfin à des choses plus noires. J’ai toutefois la particularité assumée de commencer mon livre par la fin. J’ai besoin de savoir qui est l’assassin ou comment se finit mon livre. Oui je sais c’est bizarre et L’Homme trouve cela totalement stupide. Pour lui je me gâche le plaisir de la fin !

Je lis par période, je suis régulièrement prise de boulimie de livre. Et dans ses cas là, pas grand-chose ne compte que de lire encore et encore et toujours. Et puis cela se calme, souvent parce que le livre en cours ne me passionne plus et je peux alors passer quelques semaines sans ouvrir un livre, cela jusqu’à ce que je trouve LE livre qui me redonnera l’envie de lire vite et encore plus vite et d’en ouvrir un nouveau. Résultat des courses mes bibliothèques débordent littéralement. Elles sont pleines à craquer et depuis quelques temps je ne m’autorisais plus à acheter de nouveaux livres. Une vraie frustration pour moi.

Voilà déjà quelques années que je réfléchissais à pallier ce problème en passant à la liseuse. Mais voilà moi la geek j’aime le papier, j’aime le livre en tant qu’objet. J’aime retrouver un roman oublié, car lu trop vite, dans ma bibliothèque et m’y replonger avec délectation. Et puis l’offre d’ebook ne me semblait pas suffisamment développée pour répondre à mes besoins. Bref depuis plus de 3 ans je me dis j’y vais, non j’y vais pas sans oser franchir le pas.

J’ai passé un cap il y a un peu moins d’un an,  lorsque j’ai découvert que la médiathèque, où nous sommes inscrites avec les filles, prêtait des liseuses. Je me suis dit que c’était un bon moyen de tester sans me ruiner. Et je dois admettre que j’ai été agréablement surprise. Le confort de lecture est similaire à celui d’un livre papier avec un avantage en plus la possibilité de lire sans une lampe de chevet. Au revoir les disputes le soir pour que j’éteigne ! Ceux qui comme moi lisent beaucoup avec un mari qui ne lit pas comprendront :

« Tu éteins ?

  • Encore une page
  • Et maintenant ?
  • Oui je finis mon chapitre et j’éteins promis, encore 5 minutes…
  • Ça fait 10 minutes que tu me dis ça.
  • Ah bon ? Bon je finis ma page et j’éteins promis » !!!

Au final il m’a fallu encore plus d’un an pour sauter le pas. Qu’est ce qui m’a décidé ? J’ai trouvé sur Internet l’intégralité de certains de mes auteurs préférés… comment résister à cela ? Sauf que lire sur le  PC ce n’est pas une option envisageable. J’ai tenté de lire sur ma tablette. Mais elle n’est pas faite pour cela et même avec une application dédiée ce n’est pas top. Trop lourde, une batterie qui ne tient pas la route et un confort de lecture pas optimal pour mes yeux.

Résultat me voilà avec pleins de supers polars à lire et rien pour les lire. Cette fois c’est une évidence il me faut une liseuse.

Restait plus qu’à choisir la marque et le modèle. Kobo ou Kindle ? Autant il y a 3 ans cela me semblait un choix cornélien autant cela a été assez simple. Je suis autant addict à Amazon qu’à la Fnac mais le système propriétaire imposé par Amazon sur sa Kindle ne me convient pas. Je ne veux pas à avoir à convertir les fichiers que je pourrais trouver sur le net pour qu’ils aillent sur ma liseuse. Du coup Kobo s’est imposé comme choix. Ensuite laquelle choisir ? Deux critères : pouvoir lire dans le noir et son prix. J’ai une gagnante : La AURA. Et en plus elle est en promotion en ce moment !

Après un peu moins d’une semaine d’utilisation je peux faire un premier bilan : je l’adore ! Elle ne me quitte plus et je retrouve ce que je ne faisais plus depuis quelques lire tout le temps, partout, même en marchant !

Si je devais faire une liste des avantages :

  • Je peux à nouveau lire jusqu’à pas d’heures sans déranger mon cher et tendre
  • J’ai toujours avec moi une centaine de livres différents
  • Elle pèse moins lourd qu’un livre de poche et se trimballe partout
  • Envolé les problèmes de marque page « perdu » ou plutôt retiré par des petites mains coquines
  • Elle m’indique l’heure cela me permet (parfois) de me raisonner et de voir un peu plus le temps filer
  • Ma table de nuit ne croule plus sous les livres commencés

Côté inconvénients :

  • Je peux lire jusqu’à pas d’heures sans que l’on me demande d’éteindre… résultat je lis jusqu’à pas d’heures et le lendemain le réveil est très difficile
  • C’est moins évident d’aller regarder la fin de l’histoire résultat je lis plus et plus vite pour satisfaire ma curiosité !
  • Quelques difficultés sur la prise en main (c’est surtout parce que je suis une maniaque) mais depuis j’ai découvert Calibre et tout est top !

Bref après quelques jours d’utilisations je suis conquise et totalement raide dingue de ma Kobo. Je ne regrette pas d’avoir sauté le pas ni d’avoir attendu si longtemps pour le faire. Maintenant il me reste à voir ce que cela va donner sur le long terme, j’ai déjà plus d’une centaine de livres pour me faire la main, cela devrait me permettre de tenir quelques mois !

Est-ce que cela veut dire que je n’achèterai plus de livres papier ? Rien n’est moins sûre… d’abord je continue d’en acheter pour les filles et elles sont toutes autant addicts que moi aux livres. Et puis j’aime l’idée de pouvoir avoir un livre pour le feuilleté de temps en temps, le prêter, le posséder tout simplement. Mes habitudes d’achat et de consommation vont juste changer.

Et vous, vous avez sauté le pas ?

L.

Publicités

Global Positioning System

Je tiens tout d’abord à dédier ce billet à Mimicracra qui m’a tenue compagnie et remonter le moral pendant ces longues heures de route. Merci beaucoup sans toi je crois que j’aurais fini par rentrer à pied !

Me voilà de retour ! Cette fois un peu moins d’attente et un nouveau billet pour vous raconter nos derniers déboires.

Global Positioning System ou GPS dans le langage commun.

Vous savez cette invention qui semble si merveilleuse : plus de cartes à lire, plus d’engueulades à propos d’une carte lue dans le mauvais sens, plus besoin de demander son chemin à un passant. Grâce à cette merveilleuse et quelque peu mystérieuse invention il n’est plus nécessaire de planifier un déplacement dans un lieu inconnu et plus jamais aucun conducteur ne devrait se perdre.

J’avoue j’ai été la 1ère à exiger d’en avoir un dans la voiture, marre des détours sans fin, marre des engueulades car je me suis peut-être trompée entre la gauche et la droite (ben quoi cela arrive à tout le monde, même à des gens très bien). Désormais la voiture serait à un nouveau havre de paix.

Un nouveau joujou à dompter… j’adore ! Première chose à faire changer la voix car après quelques trajets la voix aigüe paramétrée me tape sur le système. Mais à part ce petit détail c’est génial !

Bon par moment je ne comprends pas la logique de la machine… et j’ai l’impression qu’elle nous fait faire de drôle de détour mais qui suis-je pour oser remettre en cause la suprématie de la Bête. En tout cas L’Homme semble penser qu’elle m’est largement supérieure en ce qui concerne le sens de l’orientation.

Pourtant ce week-end j’ai pu démontrer que la Bête n’était finalement pas si infaillible que ça !

En effet, nous avons voulu profiter du seul long week-end que le calendrier nous a concédé pour aller faire un tour à la plage. Le beau temps étant en plus au rendez-vous il n’était pas question de rater cela. Surtout que pour cause de mariage cette année les vacances se feront à la maison.

Nous voilà donc parti mercredi soir après le boulot. Contrairement à mes craintes la route est plutôt fluide. Petite Puce a tenté de se lancer dans un nouveau jeu : la valse des doudous. Le but étant que j’arrive à les récupérer sans retirer ma ceinture. J’ai fini par obtenir une victoire pas KO ! Au final, la route se passe plutôt bien et dans la bonne humeur seul un accident nous ralenti quelque peu mais nous faisons les 442 km en un peu moins de 5 heures.

Après un beau week-end il est à nouveau temps de reprendre la route. Le Dieu de la Météo semble comprendre notre faible motivation pour reprendre le chemin de la maison et surtout du boulot, il nous a donc gentiment envoyé la pluie. Nous, nous nous réveillons sous la grisaille qui nous décide à partir finalement en matinée. Il est prévu que nous nous arrêtions voir le Grand Père de L’Homme. Cela nous demande un léger détail d’une vingtaine de kilomètres.

Nous partons vers 10h30 direction Pouzauges. Au moment de quitter l’autoroute nous découvrons que déjà des bouchons se forment. Je sens que nous ne sommes pas les seuls à avoir eu la bonne idée de partir plutôt en raison du mauvais temps. Moi qui espérais être rentré avant le goûté de Petite Puce il va peut être falloir que je revoie mon estimation à la hausse.

Après avoir passé un petit moment chez le Grand Père de L’Homme nous reprenons la route. Le GPS nous annonce une arrivée à 16h30. Parfait… quelques minutes après il nous annonce 17h30 puis 20h30… euh c’est quoi ce délire ??? Il est 12h20 cela me parait impossible de mettre autant de temps pour faire 370 km. Enfin bref nous verrons bien.

Petite Puce est sage dans son siège, elle a mis la main sur un magazine et essaye de trouver les solutions des mots croisés de son père avec l’aide de ses doudous. Pour le moment bien qu’il y ait du monde sur la route nous roulons. Mais je ne comprends toujours pas pourquoi l’heure d’arrivée indiquée ne change pas ?

Tiens pourquoi alors qu’au rond point la direction de l’autoroute est indiquée à la 1ère sortie alors que le GPS nous indique de sortir à la 3ème ? Et pourquoi L’Homme qui est aussi étonné que moi de cette indication suit bêtement ce que nous dit le GPS ? Nous voilà embarqué sur une 2×2 voies, impossible pour nous de faire demi-tour. Je le sens mal ce trajet de retour…

Moi qui attendais avec impatience la première station service pour nourrir Petite Puce c’est raté. Bon finalement nous trouvons un endroit où faire une halte le temps de tenter de faire déjeuner Petite Puce. Au moment de repartir je farfouille dans les différents menus de la Bête afin de trouver le chemin qu’il a prévu de nous faire prendre. Et là stupeur je découvre qu’il nous fait passer par Nantes.

Je comprends mieux pourquoi alors que nous n’étions qu’à 370 km de chez nous en prenant cette sortie sur le rond point nous sommes passés à plus de 400 km. Bon ben tant pis, maintenant que nous sommes embarqués dans galère autant continuer. De Nantes nous rattraperons l’A11 pour rejoindre Angers puis direction la maison via la route habituelle. Au moins ça roule me fait remarquer justement L’Homme.

Nous contournons Nantes et à nous Angers. L’heure d’arrivée est même désormais prévue à 18h30. Je trouve ça long mais toujours plus raisonnable que 20h ! Sauf qu’arrivé à Angers les bouchons nous rattrapent. Après un petit détour par le centre ville d’Angers nous rattrapons l’A11 et un chemin connu. Petite Puce a finit par s’endormir et je vais pouvoir en faire de même. Désormais c’est tout droit jusqu’à la maison !

Je suis réveillée par le son de la pluie sur le pare-brise. L’Homme nous apprend que nous sommes un peu avant Le Mans et que nous sommes à l’arrêt ben parce que tout le monde est à l’arrêt. En effet je découvre autour de moi pleins de voitures à l’arrêt et rien ne semble vouloir les faire avancer.

Le GPS nous propose un petit détour qui devrait nous permettre de gagner pas mal de temps. Tant mieux car l’heure d’arrivée est passée à 21heures. Pas totalement réveillée je fais confiance à L’Homme qui fait lui-même confiance au GPS, enfin La Bête. Je finis par faire comme Petite Puce je rejoins à nouveau Morphée.

A mon réveil je ne comprends pas pourquoi nous sommes toujours à plus de 300 km de chez nous. L’Homme m’explique que nous passons par Alençon afin de rejoindre la N12 puis l’A86. Je vous ai perdu ? Promis je tente de vous mettre une petite carte à la fin du billet. Bon ben pourquoi pas. Il est déjà 16h30. Si cela peut nous permettre d’arriver le plus vite possible, il peut bien passer par la Chine moi cela m’ira. J’en ai marre. Petite Puce n’est pas encore réveillée mais j’appréhende quelque peu ce moment.

17h nous quittons l’autoroute pour rejoindre la N12. Petite Puce est réveillée, elle englouti son biberon tranquillement et reprend ses doudous afin de jouet avec eux. Nous voilà donc embarqué sur une nationale. Pas de pot nous sommes réduits à faire du 110 quand ce n’est pas du 90 voir moins à chaque ville que nous traversons.

Oh je sens que je ne vais pas aimer cela. Et j’aime encore moins cela lorsque les voitures autour de nous s’accumulent. Elles s’accumulent à tel point que nous voilà par moment à l’arrêt. Mais victoire nous ne sommes plus qu’à 100km de la maison. Par contre nous avons toujours une heure d’arrivée à 20h30. Mais à crier victoire trop vite je nous ai une fois encore porté la poisse. Nous voilà à l’arrêt. Et l’enfer commence : 20 minutes pour faire… 1 km… et 1heure pour en faire 2. Je craque. Heureusement je suis pour le moment la seule à craquer. Enfin L’Homme commence à s’en vouloir sérieusement d’avoir écouté les instructions de la Bête.

Je ne vais pas vous faire le détail minutes par minutes les heures qui ont suivi. Petite Puce a été d’une patience d’Ange et n’a commencé à trouver le temps long que quelques minutes avant d’arriver à la maison.

Au final nous sommes arrivés chez nous à 21h. Oui oui 21h soit presque 12heures passées dans la voiture.

Ce qui m’a consolé c’est que j’ai appris le lendemain que notre nounou avait mis 9h pour rentrer de Noirmoutier et un collègue 10h pour rentrer de Royan.

Une chose est certaine on ne m’y reprendra plus à suivre bêtement une machine. Désormais je reprends le contrôle de nos trajets et tant pis si par moment L’Homme ne comprend pas de quelle gauche je parle !

Bisous

L.

Voici ce qu’aurais du être le trajet normal :

Et voici ce que nous avons fait :

Mon ordinateur, Internet, G**gle… mes amis

Bonsoir,

Voilà un moment que je n’avais pas pris le chemin du clavier… et quoi de mieux que la nouvelle année pour le faire ? Et surtout voilà un moment que je voulais vous parler de ma dépendance à mon ordinateur et à Internet !

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà j’ai un petit côté Geek. Enfin si on écoute L’Homme c’est plus qu’un petit côté (mais lui c’est l’antithèse du Geek : il n’a même pas d’adresse mail perso, je ne sais pas comment il fait pour vivre sans !)!

Euh pour ceux qui ne saurait pas ce qu’est un Geek voici la définition donnée par Wikipédia :

Le terme Geek (/gik/) est un anglicisme désignant une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis. Il s’emploie entre autres dans le domaine de l’informatique ainsi que dans celui de la science-fiction.

L’archétype le plus célèbre du geek est celui du jeune (ou de l’adulescent) féru de sciences/maths/logique, qui s’intéresse également aux nouvelles technologies et aux univers fantastiques (comics, science-fiction, heroic fantasy, etc.). Cette passion s’applique concrètement par de nombreuses activités, telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique.

Il y a souvent confusion entre les geeks, les nolifes, et les nerds, bien que cette confusion soit généralement mal perçue par les geeks eux-mêmes. De même, un amalgame est souvent fait entre les personnes passionnées de hautes technologies (les technophiles) et les geeks en général.

Comme vous le voyez je ne correspond en rien, mais alors en rien du tout à cette définition. D’abord je ne suis pas une adulescente (enfin j’espère !). Selon Wikipédia (oui chez moi Wikipédia tend parfois à remplacer mon bon vieux Larousse) un adulescent a entre 18 et 25 ans et peut être comparé à Tanguy (je suis l’inverse d’une Tanguy) ou à Friends (je déteste la coloc)… donc je ne suis pas une adulescente. Non mais ! Et puis je suis loin d’être férue de sciences/maths/logique… je déteste les maths, et ma logique est souvent contraire à toute logique ! Ne parlons pas de l’univers fantastique… ma limite se situe à Harry Potter autant dire un niveau école maternelle pour les vrais accrocs. Enfin non, les accros me diront que HP ce n’est pas de la fantaisie ni du fantastique.

Et je pourrais continuer à vous prouver que je ne suis pas une vrai Geek. Ok j’aime les nouvelles technologies, ok j’ai plusieurs adresses mail, je suis sur FB/Viadeo/MSN, j’ai un blog, ok j’aime bidouiller, farfouiller sur le net, ok mon réflexe premier est souvent de m’en remettre à Google et ok j’avoue quand mon ordinateur est en panne ou quand je me retrouve sans connexion Internet je me sens un peu (beaucoup) démunie… mais je suis sûre que tout le monde fait pareil. Bon presque tout le monde.

Enfin bref, le sujet de mon billet n’était pas de savoir si oui ou non je suis une Geek, je serais de toute manière pas très objective et si cela vous fait plaisir nous pouvons partir du postulat que je suis peut-être un peu Geekette sur les bords. Ce billet avait plus pour objectif de vous parlez de mon addiction pour Internet !

J’ai découvert Internet sur le tard… déjà parce que j’ai eu mon 1er ordinateur assez tard mais cela a été une révélation. Déjà imaginez : un moyen pour communiquer gratuitement (ou presque), instantanément avec le monde entier. Le rêve pour une expatriée comme moi avec des amis dispersés un peu partout. Une révolution dans ma vie et petit à petit j’en suis arrivée à remplacer mes longues lettres interminables, que j’oubliais de poster par des mails.

Allez je vous avoue, par moment cela me manque de ne plus recevoir de longues lettres. M’assoir n’importe où, m’enfermer dans une bulle quelques minutes et découvrir les écrits de mon correspondant. Désormais je reçois mes mails sur mon téléphone portable, cela est plus rapide mais cela n’a pas le même charme. Le côté tactile du papier n’est plus là  et l’impatience à ouvrir la lettre a disparut. Par contre je pense que mes amis eux doivent être content de ne plus avoir à déchiffrer ma prose !

Au début je communiquais par mail, puis par messageries instantanées (MSN, Skype), et après avoir longtemps lutté j’ai fini par me mettre sur Facebook. J’y ai retrouvé des amis d’enfance, des copains de lycée.

Mais Internet est devenu mon outil de travail de prédilection. Et pour un recruteur, surtout en cabinet de chasse, Internet est une source inépuisable de renseignements. Tellement inépuisable qu’il faut vite, très vite, apprendre à s’en servir, à être pertinent, imaginatif sous peine de ne jamais trouver LE renseignement. Et à ce jeu là je dois avouer que ne suis pas mauvaise. Petit à petit je me suis perfectionnée et prise au jeu. J’adore trouver le renseignement introuvable, et plus c’est difficile et plus je m’éclate. Et pour cela mon meilleur allié et ami reste Google !

Il faut admettre qu’ils sont forts : des millions voir des milliards de résultats en quelques dixièmes de secondes. Par exemple prenons le mot « blog » on aura 4,250 milliards de résultats en 0,13 secondes… et cela ira de la définition (Merci Wikipédia) à des annuaires de référencement, des blogs de parfaits inconnus (cherchez pas le mien il n’est pas référencé) à des plateformes pour créer son propre blog, etc… Cela parait banal pour beaucoup mais moi cela continue de m’émerveiller. Par contre ne pas trouver de réponses m’agace particulièrement !

Aujourd’hui mon réflexe est souvent de « googleliser » : les personnes que je rencontre (principalement dans un contexte professionnel, ou mon banquier lorsqu’il me parait louche (https://laetitiaeva.wordpress.com/2008/06/02/mon-banquier-est-un-comique-et-ce-nest-pas-une-blague/)), mais également lorsque j’envisage un achat que ce soit pour Petite Puce ou pour nous (non je ne vais pas jusqu’à Googleliser mes fruits et légumes !). Cela me permet de me faire une opinion, de voir si mon choix est le bon… et pour beaucoup d’autre chose… Il faut l’avouer souvent je googlelise par instinct et par habitude.

Alors, lorsque avec L’Homme nous avons commencé à parler de former une famille, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller lire, m’informer et tester un tas de nouveaux sites. Et comme je suis une éternelle angoissée cela m’a permis de trouver des réponses à mes questions. Vous savez ces petites questions bêtes que l’on n’ose poser à personnes,  pas même à une amie de peur d’avoir l’air ridicule et de se faire rire au nez. Certains diront que c’est le rôle d’une Maman mais la mienne est loin et la communication pas toujours évidente…

Et naturellement lorsque j’ai appris que j’étais enceinte j’ai continué à chercher des réponses à mes doutes, mes questions et je me suis dirigée vers les forums. Qui de mieux que d’autre femmes enceintes ou déjà maman pour me répondre ?

Au début, je ne faisais que lire, sans oser poster, lire que d’autres femmes vivaient la même chose que moi au même moment que moi avait un côté rassurant. Alors un jour (je m’ennuyais au taff, mais chut cela il ne faut pas le dire !) je me suis jetée à l’eau et j’ai posté mon premier message. Et là j’ai eu l’impression de découvrir un nouveau monde. Et si j’ai eu la chance de vivre une grossesse aussi zen et aussi belle, je sais qu’avoir pu papoter, m’épancher et partager ses moments avec d’autres futures mamans y a été pour beaucoup. Aujourd’hui certaines d’entre elles sont devenues des amies et voilà bientôt deux ans qu’elles font parties intégrantes de ma vie. Merci les filles !

Aujourd’hui mes journées commencent toutes de la même façon (enfin une fois arrivée au boulot parce qu’avant c’est plus couches, bib, etc etc !!!) : lire mes mails perso et pro, aller sur Fb, retrouver mes amis dans le monde virtuel que je me suis créé. Et sans Internet cela me serait impossible. Alors autant dire que lorsque je me retrouve en vacances en Vendée et que je découvre que je ne trouve pas de réseaux WiFi pour me connecter je suis scandalisée, catastrophée, affolée et démoralisée ! Mais après le premier choc passé je finis par m’y faire. Et puis il me reste mon portable qui me permet de rester en contact avec mes réseaux !!!

Mon billet avait aussi pour but de vous remercier vous mes amis : virtuels pour certains, éloignés pour beaucoup d’entre vous ou simplement tout près et toujours prêt à papoter ! Merci d’être là et de faire partie de ma vie.