Le lendemain

Bonsoir,

Voilà quasiment 1an après notre mariage il est temps que je clôture le dernier billet de cette chronique !

Pour les têtes en l’air (comme L’Homme par exemple !) previously on my wedding day ! Après un début de matinée à me faire chouchouter nous avons prononcé le OUI de rigueur avant de rejoindre tous nos amis pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit ! La soirée s’est à mon goût super bien passée, il manquait peut-être quelques degrés à la température extérieure. Mais ni l’absence de quelques côtes de bœuf, ni une petite panne de courant n’a assombrit notre soirée. Je suis aux anges, sur mon nuage et j’aurais pu rester à danser encore et encore !

Mais voilà il est 6h15 et l’heure d’aller se coucher parait-il. Après avoir demandé à Super Copine de m’aider à enlever ma robe, Super Témoin aillant déclaré forfait depuis quelques heures déjà, je suis allée rejoindre mon Mari dans notre chambre et me suis littéralement écroulée sur le lit. Alors c’est là que nos souvenirs divergents totalement : selon lui j’ai fait un boucan de tous les diables, selon moi c’est lui qui a fait du bruit en râlant parce que je n’étais pas sûre de vouloir passer par la case douche.

La seule chose sur lequel nous sommes d’accord c’est qu’à 6h30 Petite Puce s’est fait entendre et qu’elle semblait se moquer royalement que je sois dans mon lit depuis moins d’1/4h ! L’Homme qui était parti se coucher plus tôt en me disant : « comme ça je gérerai Petite Puce » m’a fait comprendre que c’était de Ma faute et que je n’avais qu’à assumer ! Du coup à peine couchée me voilà debout afin de préparer biberon pour Petite Puce avec le secret espoir qu’elle voudra bien se rendormir ensuite ! Espoir quelque peu vain…  j’ai toutefois réussi à faire en sorte qu’elle reste calme jusqu’à 9h, heure à laquelle j’ai déclaré forfait et je me suis levée !

J’ai retrouvé en bas les couches-tôt qui sont comme moi parents de petites crapules qui n’ont aucune pitié pour le sommeil de leurs parents ! Je me suis aperçue que des gentilles âmes charitables avaient quasiment débarrassé toutes les tables. Je m’attaque donc à ce qu’il reste avec l’aide d’une amie. Je me rends également compte que j’ai oublié de demander à l’extra de compter la vaisselle au fur et à mesure : je me retrouve donc à rincer ce qui n’a pas été rincer à compter chaque cuillères, fourchettes, assiettes et autres tout cela en papotant avec mes amies pendant que Petite Puce joue avec ses nouveaux amis !

L’Homme fini par descendre et part à la boulangerie récupérer la commande du matin afin que nous puissions installer le petit déj. Au programme libre-service avec pain, viennoiseries,  café, thé, jus… Nos amis se lèvent tranquillement à leur rythme et nous rejoigne sur la terrasse où le soleil est enfin de la partie. Au menu du jour détente, zénitude et barbecue ! Ce dimanche matin ressemble à ce que je voulais, une journée entre amis sans prise de tête !

Une fois le petit déj achevé, ceux qui ont beaucoup de route nous abandonne. Je commence à entrevoir ce que sera la fin de la journée mais je ne veux pas y penser, pas encore, je m’accroche à mon petit nuage !

Après un bain de soleil dans le jardin, les Hommes prennent en main le rangement des tables, chaises et des barnums. J’ai à peine le temps de me retourner que tout est quasiment rangé. Je ne peux m’empêcher de penser que nous avons des amis géniaux !

L’après-midi est bien entamé et les derniers préposés aux barbecues de la veille proposent de remettre ça. Nous installons donc des tables dans le jardin, les centres de tables sont ressortis pour agrémenter cette immense tablée, tout le monde donne un coup de main pour mettre le couvert ! Ma Maman et L’Homme s’installe chacun à un bout et nous passons à table dans la joie et la bonne humeur ! Les rallonges sont de sorties et la musique nous enveloppent. Moi je suis au paradis ! Mon rêve de manger dans l’herbe pieds nus se sera réalisé ! Tant pis je n’étais pas en robe de mariée mais ça ce n’est qu’un détail sans importance. Je suis juste Heureuse !

La journée s’achève tranquillement, nos amis partent un à un et je ne peux m’empêcher d’avoir un pincement au cœur : tout est passé tellement vite. Pourquoi le temps file à une telle vitesse ? Ma Maman reste encore un peu le temps de tout ranger, avec Amie de Longue Date nous la rejoignons dans la cuisine pour papoter encore et encore. Puis il est temps qu’elle parte, il est temps que nous montions nous coucher, il est temps que je rejoigne mes Amours déjà dans les bras de Morphée !

Le lundi la maison me semble tellement calme au réveil, tellement vide. Heureusement mon Amie est encore là pour la matinée. L’Homme en profite pour ramener la voiture que nous avions empruntée ainsi que les barnums. Il est temps pour moi de faire mes adieux à mon Amie : la fête est terminée mais ce n’est pas grave tout a  été encore mieux que dans mes rêves les plus fous !

Les jours qui suivent nous profitons un peu de la maison, L’Homme fait beaucoup d’aller-retour pour rapporter tout notre bardât à la maison. Meilleur Ami vient nous rendre visite pour un barbecue, de même que ma Maman et nous regardons ensemble les premières photos !

Un an de préparation pour quelques jours de pur bonheur !

A très vite pour de nouvelles aventures !

Bisous

L.

 P.S : ma robe était parfaite, les chaussures aussi confortable que mes Converse et le gâteau une tuerie ! Seules mes boucles d’oreilles n’ont pas tenu le choc de la soirée !

La rencontre avec MES chaussures

Bonsoir,

Plus d’un mois sans un mot… j’ai sérieusement honte. Je vais tenter de me rattraper en vous postant dans les jours à venir quelques petits billets assez courts sur nos préparatifs de mariage.

Ce soir je voulais vous raconter ma rencontre avec mes chaussures. Une fois la robe trouvée il a bien fallu que je m’atèle à la difficile tâche de trouver les chaussures parfaites pour aller avec ma parfaite robe !

Ceux qui me connaissent savent que dans la vie j’ai 3 passions : les livres, les sacs et les chaussures. Résultat mes bibliothèques débordent littéralement et j’ai d’ors et déjà exigé d’avoir un dressing dans notre prochaine maison. Ainsi L’Homme arrêtera de me dire que j’ai trop de sacs ou trop de chaussures. Comme si on pouvait avoir trop de sacs ou de chaussures.

Toutefois depuis la naissance de Petite Puce je me suis bien calmée sur les chaussures. Vous avez déjà essayé de courir après un RER en talons avec une poussette ? Moi j’ai tenté et j’ai renoncé. Au début je changeais de chaussures en arrivant au bureau : sauf qu’entre mon sac, le sac de Petite Puce, la poussette et par temps de pluie un parapluie  voir même Petite Puce quand Mademoiselle refuse d’aller dans sa poussette et seulement deux bras et deux mains il devenait difficile de rajouter un sac avec des chaussures. Donc rapidement j’ai abandonné cette solution pour opter pour des ballerines. J’adore les ballerines c’est confortable, esthétique et pratique presque en tout temps. Bon ok en hiver sans collants c’est parfois un peu juste, surtout lorsqu’il s’agit d’attendre 10 min un RER sur un quai gelé.

Bref, tout cela pour dire que même si j’achète moins de chaussures (et plus de sacs !) j’adore les belles chaussures. Mais attention pas toutes les chaussures ! Je suis pour le coup assez difficile ! Donc une fois ma robe trouvée il me fallait les chaussures parfaites pour aller avec. J’ai bien tenté de dire à L’Homme que je serais pieds nus à notre mariage. Il n’a pas eu l’air de trouver cela drôle. Et il a encore trouvé moins drôle mon idée de porter des Converse roses. Parfois je trouve qu’il manque sacrément d’ouverture d’esprit !

Ma première idée a été de trouver de jolies ballerines de danseuse. Mais je me suis vite rendue à l’évidence que des talons seraient peut-être plus adaptés. Restait plus qu’à trouver LES talons parfaits. Sandales, escarpins, bouts ronds, bouts pointus, colorée, ivoire ? Rien de ce que je voyais ne m’emballait vraiment.

Je n’aime pas les bouts pointus. Avec mon 40 je trouve que cela me fait des pieds de clown. Et on n’aime pas les clowns. Je n’aime pas non plus les chaussures spéciales mariage en satin. Ce n’est pas mon truc.

J’ai commencé à entre voir mon bonheur chez Jimmy Choo, Armani, Kate Spade, Repetto, Vera Wang… que des sandales magnifiques… sauf que voilà le prix aussi est magnifique. Et je veux bien me faire plaisir pour mon mariage mais il y a des limites ! Donc retour à la case départ ! Et même si ces chaussures sont magnifiques je dois avouer qu’elles ne sont pas totalement moi, j’ai du mal à visualiser les chaussures que j’aimerai porter mais une chose est certaine ce ne sont pas celles-ci.

A force de regarder tout un tas de sites j’ai enfin compris que ce que je voulais c’est une paire de chaussures à l’image de ma robe, classiques  et originales avec une petite touche rétro, légère afin de danser dans l’herbe comme si j’étais pieds nu ! Il ne me restait plus qu’à les trouver !

Et un jour en regardant un article sur un blog de mariage (www.lamarieeauxpiedsnus.com) que je suis fidèlement je tombe sur une paire de chaussures jolie, originale et correspondant exactement à ce que je cherche.

Je me précipite sur le site web de la marque. Il s’agit d’une jeune marque de créateurs qui ont une ligne « city » et une ligne « mariage ». Je commence par cette dernière et là c’est le coup de foudre : si je pouvais je les achèterais toutes. C’est exactement ce que je cherche : originale, rétro, classique et classe ! Mais voilà je ne peux pas tout acheter alors je fais un 1er tri par couleurs pour ne retenir que les modèles ivoires. Après un 2ème tri il ne me reste plus que 2 paires en compétition. Après avoir soumis mes choix, à ma collègue de bureau, mon commercial et ma témoin j’opte pour mon 1er coup de cœur.

Après m’être assurée que je pourrais toujours les échanger si elles ne me vont pas je me lance et je les commande. Moins d’une semaine après je les reçois, pile poil à temps pour mon 2ème essayage. Elles sont magnifiques. Le cuir est beau, les finitions parfaites, elles sont exactement comme je les imaginais, je les adore. Je suis impatiente de les essayer avec ma robe.

C’est chose faite dès le lendemain et vous savez quoi : elles sont parfaites, il n’y a pas d’autres mots. Je n’imagine pas d’autres chaussures pour mon mariage !

Maintenant que j’ai ma robe, mes chaussures il ne me reste plus que les accessoires !

A très vite pour la suite

Bisous

L.

P.S : pour celles que cela intéresse, j’ai commandé mes chaussures chez Ellips. Leur ligne « City » est également géniale et j’envisage sérieusement d’en faire l’acquisition de quelques paires mais chut il ne faut pas le dire à L’Homme !

Voici quelques info tirées de leur site Internet : Ellips naît à Paris en 2009 de l’ambition de sa fondatrice, Priscille Demanche, de créer des chaussures à l’image de la femme moderne.

 

L’idée ? Proposer des chaussures à usage multiple au travers d’une ligne City et d’une ligne Mariage. La chaussure de mariée épousera facilement un jean, la chaussure City trouvera sa place dans le quotidien comme dans les évènements chics. Que ce soit en soirée, dans un cadre professionnel, ou lors d’un week end en famille, les chaussures Ellips ne se contentent pas d’accessoiriser la silhouette : elles apportent la touche smart qui permet de se distinguer.

Style, confort et adaptabilité, les chaussures Ellips visent le plaisir au quotidien.

Parce que la création seule ne suffit pas, les chaussures Ellips sont fabriquées en Espagne avec le plus grand soin à partir de matériaux nobles : tiges, doublures, semelles intérieures et extérieures sont en cuir véritable.

http://ellips-chaussures.fr/

Le lieu : trouvé !

Bonsoir,

Voilà presque un mois que je n’ai rien publié alors me voilà de retour. Oh ce n’est pas le manque d’envie, j’ai même passé une soirée à tenter désespérément d’écrire quelque chose qui tienne la route mais c’était d’un gnangnan affligeant… impossible de publier cela !

Maintenant il me reste plus qu’à trouver quoi raconter. J’avais décidé que mon prochain billet porterait sur notre futur mariage mais pour le moment c’est plutôt calme sur ce front ! Ecrire sur ma Crapouille ? Je vais finir par vous lasser, c’est vrai que ma fille est la plus belle, la plus merveilleuse, la plus intelligente, la plus parfaite des petites filles et que je pourrais en parler pendant des heures mais cet avis n’est peut-être très objectif ! Parler boulot : non trop dangereux, la jurisprudence ne me serait pas favorable si mon boss tombait dessus. D’ailleurs j’ai fait le ménage sur mon mur FB, juste au cas où (merci Stéphanie !). 

Alors finalement j’ai décidé de commencer ma série sur notre futur mariage… après tout je ne vous ai encore rien raconté et vous avez du coup beaucoup de retard.

Donc reprenons au début : L’Homme au bout de 10 ans et avec un peu d’aide s’est donc finalement décidé à me demander ma main. Et c’est là que l’on voit les différences notables entre les Hommes et les Femmes… lui a cru qu’il aurait la paix et qu’il serait tranquille pour un moment… il n’a pas vu plus loin que sa demande. Fixer la date ? Oh on a le temps… Trouver un lieu ? Oui on verra… Le menu ? On verra cela plus tard… Euh comment dire que ces réponses ne m’ont pas vraiment plu, mais alors pas du tout.

J’ai laissé passer un peu de temps (le temps d’avoir ma demande pour de vrai et ma bague) avant de remettre le sujet sur la table… pour avoir la paix j’ai eu carte blanche (dans la limite du raisonnable… tiens j’aurais peut-être du tenter de lui proposer des choses extravagantes !)… en moins de deux la date a été choisie et à moi de me débrouiller pour trouver un lieu (et le reste !).

Donc pour la date ce sera le 27 août… sur ce coup nous n’avons pas été très originaux ! Ainsi nous fêterons notre anniversaire de rencontre et de mariage en même temps ! Je crois que définir la date a été la chose le plus simple…

Ensuite le lieu : mon rêve fêter mon mariage dans un jardin entouré de nos amis les plus proches. Pas de chichis, quelque chose de simple. Impossible de trouver une salle qui me convienne, sans compter que les prix proposés ne rentre pas mais alors pas du tout dans notre budget. Après avoir lancé un brainstorming avec moi-même et avec quelques amis : je tente les gîtes. Se pose la question de la localisation géographique… trouver un gîte en Ile de France c’est compliqué… alors pourquoi pas envisager la province. J’interroge mon ami Google. Rien ne me satisfait réellement. Ce que je veux moi c’est une grande maison avec un immense jardin et sans propriétaire à proximité. Et là, éclair de génie : pourquoi ne pas regarder les locations de maisons ? Je découvre qu’il en existe pleins en région parisienne. Maintenant il ne me reste plus qu’à trouver la bonne. En naviguant de sites en sites (oui je sais je suis une vrai geek.) je trouve des supers maisons. Un premier coup de cœur par écran interposé et d’autres choses super sympa… Il ne reste plus qu’à motiver L’Homme pour aller visiter.

Et ô miracle il semble d’accord. En fait je pense qu’il n’imaginait pas que ça irait aussi vite. Raté à peine obtenu son accord (bon d’accord j’avais déjà laissé un message au propriétaire de mon coup de cœur) j’envoie des mails pour avoir plus de précisions sur les maisons, les tarifs et les disponibilités. Assez vite j’ai des retours par mail, et je prends un premier rendez-vous puis un second (mon coup de cœur !). L’Homme qui commence à entrevoir dans quoi il a mis le doigt et qui à force me connait bien, me propose de temporiser un peu : on visite ces deux premières maisons qui sont sur le papier celles qui nous plaisent le plus et on avisera ensuite. Je crois qu’il a gardé en tête nos nombreuses visites d’appartements !

La première visite est sur le papier une immense maison qui peut loger 14 personnes avec un immense terrain. Elle se situe à 45 min de chez nous au sud du 91. Facilement accessible en voiture. Nous nous y rendons un samedi après midi ensoleillé. Le proprio semble étonne que nous nous y prenions si tôt (euh j’ai peut-être omis de lui parler du but réel de la location de sa maison). Cette première visite est un enchantement. La maison est meublée avec beaucoup de goût, le jardin est immense et nous permettrait d’y faire la fête sans déranger qui que ce soit et le propriétaire habite loin d’ici ! Sa maison est un gîte, il n’y vit pas et le met en location toute l’année quasiment. Il est vraiment adorable : il nous laisse prendre notre temps de visiter, re-visiter, nous propose de faire goûter notre Crapouille dans le jardin et nous explique qu’il n’y a pas de problème nous pourrons louer la maison du vendredi au vendredi au lieu du samedi au samedi. Ben oui question d’organisation oblige. Je ne voyais pas trop comment préparer la déco du mariage si l’on récupérait celle ci que le jour même à 15h. Je ne suis pas Superwoman ou en tout cas pas à ce point !

Bref, je suis emballée (qui a dit comme toujours ?), L’Homme le semble aussi… mais comme toujours il ne veut pas s’emballer trop vite. Nous avons une deuxième maison à visiter, nous aviserons ensuite. Moi je suis déjà entrain d’imaginer, de réfléchir où loger les gens, comment s’organiser… bref je suis passée à la phase suivante !

Visite de la deuxième maison : un lundi soir pluvieux en sortant du boulot. Elle se situe à 1h de chez nous à l’Ouest de Paris. On se croirait presque en Normandie, en tout cas c’est aussi pluvieux qu’en Normandie ! On sort de l’autoroute et là les ennuis commencent. Déjà la sortie indiqué par notre GPS est fermée pour cause de travaux, nous voilà donc obligé de faire un détour. Alors que nous arrivions presque à destination notre GPS nous indique un drôle de chemin à prendre : un chemin de terre. N’ayant bien évidemment pas regardé la route sur une carte avant de partir, et ne connaissant pas le coin on s’y enfonce… Là un embranchement on tire à pile ou face pour aller à droite ou à gauche… On prend à gauche… pas de pot, il n’y a carrément plus de chemin et nous voici obligé de faire demi tour en marche arrière. L’homme me maudit (il paraitrait que c’est moi qui ait dit d’aller à gauche… ben s’il était certain que c’était à droite pourquoi m’avoir écouté ???). Nous prenons donc le chemin de droite… et là nous nous enfonçons dans les bois. Nous sommes toujours sur notre chemin de terre mais toute civilisation nous a abandonné autant au début il y’avait quelques maisons mais là rien, juste des bois, la nuit qui tombe, de la pluie et pas de réseaux téléphonique… euh je ne sais pas pourquoi mais j’ai moyennement envie d’embarqué nos invités là dedans. Bon en même temps cela peut aussi être très drôle. Mais si tout le monde se perd et que personne n’arrive à bon port je ne suis pas certaine de rire très longtemps. Bref, après quelques galères nous voici arrivé à bon port. Le proprio ne comprend pas pourquoi nous n’avons pas pris la route principale. Oh on a juste trouvé plus drôle de s’enfoncer dans la forêt. Pfff…

Il nous fait visiter sa maison, qui est en fait sa résidence secondaire qu’il loue pour payer les impôts. Nous commençons par le jardin : grand mais sans charme particulier mais avec l’avantage d’avoir une piscine. C’est triste un jardin sous la pluie. Puis la maison, un grand feu de cheminée réchauffe la pièce principale et une bonne odeur vient de la cuisine. Et là un malaise m’envahit… je suis chez quelqu’un. Des photos de famille égayent les murs, des objets personnels sont disséminés un peu partout. Du coup j’ai l’impression de gêner et je ne me sens pas à ma place. Je crois que L’Homme pense comme moi sur ce coup, nous n’osons pas pénétrer dans les chambres et la visite se termine bien vite.

Une fois dans la voiture, nous débriefons… c’est décidé nous fêterons notre mariage dans la première maison (qui était également mon coup de cœur !). Dès le lendemain, j’envoie un mail pour annoncer notre intention de la louer et j’envoie un chèque de réservation !

Nous avons trouvé le lieu parfait pour notre mariage et je pourrais même danser pieds nus dans l’herbe ! Que demander de plus ?!

Bisous.

L.

P.S : au menu des prochains chapitres : la robe, le gâteau, le traiteur, la mairie…

Future mariée aux pieds nus…

Bonsoir,

Voilà un moment que je n’avais pas pris le chemin de mon clavier… manque de temps, en panne d’inspiration et surtout toute à ma vie de jeune maman ! Cette nouvelle vie est à la fois magique, épanouissante, prenante et fatigante ! Si vous saviez à quel point je rêve d’une grasse mat’, de pouvoir larver toute une journée sur le canap’ et me coucher à pas d’heure le week-end sans me dire que le lendemain je risque d’être lessivée ou pire qu’à 9h il y a les bébés nageurs ! Et ne vous trompez pas j’adore aller aux bébés nageurs, mais sérieusement être à 9h un samedi matin dans une piscine c’est de la torture !

Bref passons, je ne vous écris pas ce soir pour parler de ma fille mais pour parler d’une nouvelle page dans notre vie… L’Homme s’est lancé et m’a fait sa demande ! Nous allons donc nous marier l’été prochain. Certains ont pensé « ce n’est pas trop tôt, au bout de 10 ans il était temps », d’autres « mais pourquoi maintenant ? Déjà ? Vous êtes sûre de vous ? »… Et oui je sais, j’ai toujours dit (et je le pensais) que le mariage ce n’était mon truc, que j’avais passé l’âge de jouer aux midinettes, etc etc… il n’empêche que je me suis rendue compte que c’était quelque chose d’important à mes yeux. Comme quoi il est toujours aussi difficile de s’affranchir des traditions séculaires qui dirigent notre pays et notre imaginaire collectif. Et moi qui me croyais au dessus de cela, je suis finalement qu’une faible femme ! Alors j’ai décidé de l’assumer et de vivre mon rêve de princesse…

 Mais attention je veux et je serais une Princesse aux Pieds Nus !

 Et comme je suis gentille j’ai décidé de vous faire partager au fil des jours et des mois mes préparatifs en vue de cet évènement qui sera je l’espère, non j’en suis certaine, à la hauteur de mes rêves, de nos envies et des attentes de nos invités.

A tout de suite pour la suite !

Bisous

L.