Décidément le mammouth va mal

Hello

 Et oui déjà de retour ! J’avais oublié quel plaisir j’avais de me mettre à mon clavier pour écrire, et tant pis si au vu des stats personne ne me lit !

Aujourd’hui je voulais vous parler de l’école, l’Education Nationale et tutti quanti. Un vaste sujet n’est-ce pas ! Tellement vaste que c’est ma 3ème ébauche de billet sur le sujet. Le 1er que j’ai commencé à rédiger en fin d’année dernière était censé être un bilan de la première année d’école de Melle C. sauf que voilà je n’ai jamais eu le temps de le finir et je trouve que faire le bilan de la petite section alors que le milieu de la moyenne section est déjà passé ça n’a plus que peu d’intérêt ! Le 2ème je l’ai commencé hier mais je n’ai pas eu le temps de le finir qu’il a fallu aller chercher Melle C. à l’école justement (et puis entre temps je dois avouer j’ai écrit sur un autre sujet un peu plus facile !). Et voilà que dans le cahier de liaison je trouve un gentil mot d’information des fédérations de parents d’élèves. Et au vu du mot je me suis dit que j’allais finalement changer un peu la ligne directrice de mon billet. Enfin non je vais en faire un 3ème billet et je tenterai de terminer la semaine prochaine le 2ème. Donc le 2ème paraitra après le 3ème qui finalement sera  le 1er vu que le 1er restera inachevé. Je vous ai perdu peut-être ?! Comme ça cela m’évitera de tout mélanger.

Avant toutes et afin que nous soyons claire aujourd’hui je ne compte pas parler des maîtresses (oui je sais professeur des écoles, mais convenez avec moi que maîtresse reste plus couramment utilisé.) ni des ATSEMS ni même du travail scolaire. Aujourd’hui ce qui m’interpelle, me hérisse, m’agace pour ne pas dire me fait sortir de mes gonds c’est plus l’administration qui régit l’école, que ce soit d’un point de vu national ou local.

On va partir du local et on parlera ensuite du national !

Donc voici le mot reçu qui m’a rendu passablement folle (disons plus que je ne le suis dans mon état normal) :

« Information sur l’évolution du groupe scolaire Moreau-Joliot-Curie

 L’ouverture d’une 4ème classe dans l’école maternelle Joliot-Curie [celle de Melle C.] est envisagée pour la rentrée de 2014, à la place du centre de loisirs actuel.

Le soir et le mercredi, la vingtaine d’enfants qui fréquentent aujourd’hui le centre de loisirs Joliot-Curie rejoindraient les quatre-vingts enfants du centre de loisirs de la maternelle Moreau.

Il n’est pas prévu de dortoir supplémentaire.

A plus long terme (probablement dès 2015), il sera sans doute nécessaire d’ajouter d’autres classes aux 11 classes de maternelles et 18 classes d’élémentaires du groupe scolaire.

L’équipe municipale propose d’agrandir la cantine (au mieux pour la rentrée 2015) et de construire un de centre de loisir élémentaire indépendant dans l’ouest de la ville (au mieux pour la rentrée 2016).

Les associations des parents d’élèves regrettent le manque d’anticipation de l’équipe municipale et demandent la création d’un nouveau groupe scolaire à l’ouest du RER. »

Quelques petites précisions s’imposent pour ceux qui ne connaissent pas notre école.

L’école de Melle C.  est une petite école puisqu’il n’y a que 3 classes. Elle est accolée à un groupe scolaire plus ancien et monstrueux qui comprend une autre école maternelle (11 classes) et une école primaire (18 classes). Elle a été ouverte y’a 3 ans pour pallier le manque de place lié à l’essor du quartier.

Elle est petite par son nombre de classes mais également par sa superficie. Aujourd’hui nous avons :

–          un centre de loisir qui est en fait une salle de classe normale équipée de toilettes.

–          Un dortoir réservé à la petite section

–          3 classes

–          1 préau

–          Des toilettes avec de mémoire 7 toilettes

–          2 bureaux administratifs

–          1 cour avec une structure de jeux assez petite.

Et cela pour 82 élèves. Oui ça fait déjà beaucoup d’élèves et lorsqu’ils sont tous dans la cour ça fait vraiment beaucoup d’élèves. Autant vous dire que l’ouverture d’une 4ème classe ne réjouit personne.

Ce qui me fait bondir dans ce courrier c’est, comme le souligne les associations des parents d’élèves, le manque d’anticipation de la part de l’équipe municipale. L’ouverture d’une classe supplémentaire on en n’avait vaguement entendu parler l’année dernière puis finalement au vu des effectifs cela ne s’était pas fait. Mais ça n’en restait pas moins inéluctable. Depuis 3 ans que notre école est ouverte il a bien dû se construire au bas mot 4/5 immeubles dans le quartier. Il était évident que dans ses immeubles habiteraient des familles avec enfants donc pourquoi rien n’a été envisagé quant à la scolarisation de ces enfants (on ne parlera pas du problème de places de crèches car c’est encore pire : 2 crèches dans le quartier seulement.) ? Il me semble pourtant que c’est la mairie qui délivre les permis de construire, et même si ce n’est pas le cas ils sont quand même au courant de ce qui se construit sur la commune non ? Alors pourquoi ne pas avoir envisagé de créer une nouvelle école ?

Aujourd’hui la cantine est partagée entre les 2 écoles maternelles et l’école primaire. Le manque de place impose la mise en place de plusieurs services. Résultat en primaire certains élèves ont à peine le temps de prendre le temps de déjeuner qu’il faut déjà retourner en classe. Alors comment cela va se passer avec une classe supplémentaire ? Parce que même si on table sur le fait que tout le monde ne mange pas à la cantine, sur une classe moyenne de 26 élèves il y en a quand même une petite vingtaine qui y mange.

Côté dortoir : pas de place pour entre construire un nouveau chez nous. Aujourd’hui par manque de place les élèves de moyenne section ne font plus la sieste : le temps calme se fait donc dans la classe assis sur une chaise et la tête sur la table. La classe de Melle C. est composée de gros dormeurs avec plus d’1/3 des élèves qui sont comme elle de fin d’année. Va-t-on demander aux parents (mères) des petites sections qui ne travaillent plus de ne pas mettre leurs enfants à l’école l’après-midi afin d’assurer une place à ceux dont les parents travaillent (bouh ! les mauvaises mères).

Et qu’en sera-t-il ensuite ? Parce qu’il y aura toujours des enfants dans le quartier et dans notre école c’est sûr une fois cette 4ème classe ouverte il n’y aura plus de places. A moins qu’ils envisagent de faire des classes de 40 élèves.

Mais finalement le pire dans tout cela c’est que nous sommes début mars que la nouvelle vient tout juste de tomber mais rien n’a été fait en concertation avec l’équipe enseignante. J’ai donc découvert avec stupeur que les maîtresses n’en savent pas plus que nous. Aucune idée de la composition de l’effectif, d’où cette classe sera exactement et de comment tout cela sera organisé. Je trouve tout ça ubuesque.

Enfin si le centre de loisirs est délocalisé dans l’école d’à côté, comment cela va s’organiser ? Que deviendra l’équipe actuellement en place ? L’intérêt de notre école et de son centre de loisir est son  côté cocon. On repassera pour le côté cocon quand il y aura une centaine de gamins dans un même centre. Et côté place les murs du centre ne sont pas non plus extensibles, surtout que l’année prochaine marque également la mise en place de la réforme sur les rythmes scolaires.

Tiens parlons en des rythmes scolaires… encore un vaste sujet d’énervement. Certains pourraient dire ou penser que j’arrive après la bataille, ce billet peut-être, mon énervement lui est réel depuis le début. J’ai assisté l’année dernière à une réunion organisée par la mairie qui était une « concertation » pour savoir comment Massy allait mettre en place la réforme. J’ai bien failli tomber de ma chaise plus d’une fois.

Pour rappel, l’idée de cette, énième, réforme c’est de repasser sur un rythme de 4.5 jours pour les enfants. Et cela non pas en raison d’un accroissement du temps scolaire mais en vue d’un allègement des journées. En contrepartie sera instauré des activités pédagogiques complémentaires en  groupe restreint. Vous aussi vous avez du mal à voir la logique ? Rassurez-vous vous n’êtes pas les seuls.

Dans l’absolu passer à 4,5 jours j’ai envie de dire pourquoi pas mais je ne vois pas vraiment en quoi cela va alléger les journées de nos enfants. Parce qu’il ne me semble pas que pour les parents qui travaillent les journées vont, elles aussi, être allégées afin de leur permettre d’aller chercher leurs enfants plutôt. Donc au final le temps de présence des enfants à l’école sera les lundi/mardi/jeudi et vendredi le même, reste que désormais ils y seront également le mercredi. Alors certains diront mais pour ceux qui vont au centre le mercredi cela ne change rien. Euh admettons. Je ne suis pas persuadée que pour un enfant une matinée au centre soit la même chose qu’une matinée à l’école.

A moins que cela ne soit un moyen déguisé pour ramener les mères à la maison afin d’inverser la courbe du chômage.

Et comme nous ne sommes plus à une connerie près, parlons des fameuses activités pédagogiques. Parce que si cette demi-journée était du temps scolaire en plus, permettant un approfondissement des connaissances, un meilleur soutien des élèves en difficulté fait par les enseignants cela m’irait très bien mais non le temps scolaire lui ne change pas : il sera toujours de 24h par semaine. Ce temps en plus est donc pour permettre aux communes d’organiser et de mettre en place des activités périscolaires appelées également TAP (Temps d’Activité Périscolaire).

Notre cher maire a lui décidé que cela ne l’intéressait pas. Ses arguments : pas de personnel, pas de place, pas de financement. Dans l’absolu je pourrais presque le comprendre mais j’ai quand même eu l’impression qu’il n’avait pas consacré plus d’une minute au problème et, que par principe, il n’en voulait pas donc on fera sans. C’est peut-être ce qui m’a le plus agacé (pour ne pas dire plus) lors de la réunion de concertation cette sensation que nous étions dans une parodie de démocratie où notre présence était requise afin de nous faire de nous faire croire que la décision était encore à prendre et que nous parents/enseignants nous avions le droit à la parole alors que la décision était prise et que rien ne le ferait changer d’avis. Pas du tout l’impression d’être prise pour une conne.

Résultat il y a quelques jours nous avons reçu un joli courrier de la mairie nous indiquant le nouvel emploi du temps de nos enfants. A partir de septembre voici la semaine de Melle C. :

  7h30-8h30 8h30-11h30 11h30-13h30 13h30-16h 16h-19h
Lundi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Mardi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Mercredi ALSH Ecole Déjeuner Centre de loisirs  
Jeudi ALSH Ecole Déjeuner Ecole ALSH
Vendredi ALSH Ecole Déjeuner 13h30-15h Ecole ALSH

Donc non seulement nos enfants vous passer plus de temps à l’école mais ce sera pour être plus à la garderie. Garderie où je vous le rappelle ils seront au bas mot une centaine. Très reposant en effet. En outre avec leurs nouveaux horaires il devient impossible aux parents qui arrivaient à finir plutôt le vendredi afin de récupérer leurs enfants de continuer à le faire. Et qu’est-ce que pourront bien faire les maîtresses en 1h30 ? A 15h les petits n’ont pas forcément fini leur sieste, il faudra donc les réveiller ? Super question rythmes de l’enfant.

Et côté financier cela va retomber en intégralité sur les parents qui devront donc payer plus avec un pouvoir d’achat qui pourtant lui est en constante baisse.

Avec une application telle quelle de la réforme celle-ci perd tout intérêt (s’il y en avait un). Pourquoi notre gouvernement s’est obstiné dans cette voie ? Qu’y avait-il de si urgent pour que cette réforme soit mise en application au plus tard à la rentrée 2014 ? Pourquoi est-ce qu’une fois de temps en temps au Ministère de l’Education Nationale ils ne font pas de réformes en concertation avec les principaux intéressés à savoir le corps enseignant et les parents ? Cette réforme est tellement mal faite qu’au prochain changement politique elle sera annulée et qui en aura payé les conséquences en attendant ?

Et dans un contexte rendu déjà chaotique par cette réforme à la noix, il ne trouve rien de mieux que de nous ouvrir une nouvelle classe sans en concerté une nouvelle fois l’équipe pédagogique, sans avoir réfléchi une fois encore à une solution pérenne.

Voilà seulement deux ans que je fréquente le système scolaire public et je suis déjà blasée devant tant incompétences. Et malgré tout je relativise en me disant qu’au moins nous avons la chance d’avoir une équipe pédagogique au top : des maîtresses et des ATSEMS géniales ! Maintenant c’est une certitude Melle C. ira dans le privé pour son entrée en primaire et Petite L. dès son entrée en maternelle. Certains me diront que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs mais je sais au moins que l’on sera moins tributaire des abrutis qui dirige l’éducation nationale.

A très vite.

L.

Publicités